Archive

Ange-Félix Patassé souhaite une rencontre des candidats

Il estime que l’obstacle à la transparence des prochaines échéances est la CEI

 

C’est la raison pour laquelle dans une interview parue dans l’hebdomadaire Jeunafrique l’ancien président centrafricain, Ange-Félix Patassé, plaide pour une rencontre regroupant tous les candidats afin de créer les conditions d’un scrutin crédible. Il est inquiet du déroulement du processus électoral dont la campagne démarre aujourd’hui 10 janvier selon le calendrier annoncé. Les informations sont alarmantes. Les conditions pour une élection crédible ne sont pas réunies. Il faut que nous puissions nous retrouver pour faire le point ensemble, le président et nous, les autres candidats. C’est impératif pour sauver la paix, a déclaré Ange-Félix Patassé. L’ancien dirigeant de la Centrafrique, renversé par un coup d’Etat en 2003 par l’actuel président François Bozizé, a estimé que le principal problème est la Commission électorale indépendante (CEI) dont il demande le remplacement. La racine du mal, c’est la Commission électorale indépendante (CEI). Il faut la remplacer. Depuis deux mois et demi, je demande à rencontrer François Bozizé. Il fait la sourde oreille. Ce n’est pas bon, a-t-il affirmé.

 


© http://photos1.hi5.com
L’ancien président centrafricain, Ange-Félix Patassé
Quatre des six candidats au scrutin présidentiel du 23 janvier en Centrafrique ont menacé de boycotter l'élection si les conditions d’une transparence ne sont pas réunies, accusant la CEI de préparer une fraude massive. Ils ont néanmoins accepté de signer un code de bonne conduite avec le représentant du président Bozizé. Patassé, lui, n’envisage pas de boycotter l’élection à l’instar des autres candidats de l’opposition. Je ne suis pas dans l’opposition. Je suis un indépendant. Et je suis là pour réconcilier tout le monde. Quant aux élections, si c’est demain, je suis prêt, a indiqué l’ancien chef d’Etat centrafricain qui a dirigé son pays d’octobre 1993 à mars 2003. Je suis en pleine forme. Si vous pouviez voir comment je danse, vous seriez surpris. J’ai 18 ans ! Et je suis le petit frère de Jésus, sourit-il, assurant que: c’est ce que le Seigneur (lui) a dit. Pourquoi voulez-vous que je mente? Je suis pasteur!. Ecartant les accusations d’un pacte avec Bozizé pour affaiblir le candidat Martin Ziguélé, Patassé a assuré qu’il est un homme de parole!. Mes rencontres avec François Bozizé, c’était pour aider à régler les problèmes de paix, a-t-il dit, ajoutant qu’il va aux élections pour gagner. Je ne suis pas turfiste. Premier tour ou deuxième tour, je vais aux élections pour gagner, a conclu Ange-Félix Patassé.

 



Commentaire


Retour en haut