Archive

Centrafrique: derrière l'exode massif des musulmans...

Manifestement, le Mal a pris plusieurs visages dans la crise centrafricaine

 

A l'instar d'une avalanche, les musulmans déferlent vers le Tchad depuis la déchéance de Djotodia. A l'allure d'une sédition, ils effectuent le déplacement par milliers. Il est fort possible que ces musulmans évitent à travers cet exode une foire d'empoigne désastreuse qui créerait de petits brandons dont l'incendie peut virevolter et pourlécher tout le pays. Déjà, le rassemblement tendancieux des ex seleka vers le nord de la Centrafrique suscite en ce moment une algarade qui défraie la chronique des quotidiens à Bangui. Manifestement, le Mal a pris plusieurs visages dans la crise centrafricaine. D'abord, les Anti Balaka, qui étaient vraisemblablement une jacquerie, deviennent simultanément une force nuisible. Ensuite, les Forces Armées Centrafricaines (FACA) qui s'identifient dès l'abord par le lynchage désopilant d'un ex seleka. Enfin, les ex seleka qui augmentent au fur et à mesure les enchères au point díúuvrer in fine pour la partition du pays.

 


© journaldebangui.com
Rodrigue Joseph Prudence MAYTE
Faille-t-il comprendre que le Mal actuel puise ses sources dans l'insouciance des victimes par les nouvelles autorités? Pourquoi la Présidente de la transition ne s'inspirerait pas sur la justice rwandaise pour juger tous les auteurs des crimes odieux? Fort de ces questionnements, il serait souhaitable que la Présidente éclaircisse sa position sur la justice afin que les victimes sachent à quoi s'en tenir. D'ores et déjà, certains centrafricains insinuent que la Présidente botte en touche la question de la justice pour la simple raison qu'elle aurait signé un accord "de non poursuite" avec Djotodia. Aussi, cette catégorie de Centrafricains estiment qu'elle évite de se mettre à dos Djotodia et ses sbires voire les gros bonnets de la politicaillerie centrafricaine...C'est dans cet optique qu'elle préfère plutôt que la Cour pénale internationale (CPI) s'empare du dossier judiciaire.

Il faut admettre que la procrastination et la reculade des autorités de Bangui sur ce dossier brûlant accentuent inéluctablement la vindicte populaire. D'ailleurs plusieurs experts dénotent qu'il existe une causalité entre la vindicte populaire et l'exode des musulmans vers le nord. Ils martèlent que cet exode peut macérer davantage l'idée saugrenue de la partition du pays par ces escouades. Au demeurant, bien que la "Somaliland" ne soit pas reconnue comme un état au siège de l'ONU, il n'en demeure pas moins qu'elle existe comme une nation depuis fort longtemps. Une réalité illustrative qui doit tarauder constamment dans l'esprit des nouvelles autorités de Bangui. A l'évidence, il serait convenable que la présidente sache que le peuple centrafricain préfère l'efficacité à la règle. Les victimes de la brume contemporaine feront partie de ses cauchemars si jamais ces zombies s'affranchissent du gymkhana judiciaire de la Cour pénale internationale.

Rodrigue Joseph Prudence MAYTE
Chroniqueur, Polémiste
mayterodrigue@yahoo.fr
France, Vitré

 



Commentaire


Retour en haut