Archive

Conférence de presse: propos introductifs du général Babacar Gaye

Il est le Représentant spécial du Secrétaire général et Chef du Bureau intégré des Nations Unies pour la Consolidation de la Paix en Centrafrique

 

Bonjour à tous!
Vous vous souviendrez que lors de notre dernière rencontre, le 26 décembre 2013, je vous avais dits que nous passions un Noël dans la souffrance mais que nous devions aussi en faire un Noël d’espérance.

Alors avant de revenir sur les événements qui se sont passés depuis la dernière rencontre, je voudrais vous faire observer qu’entre le 10 octobre 2013 et le 28 janvier 2014, le Conseil de sécurité a adopté pas moins de trois résolutions sur la Centrafrique. La dernière résolution, la 2134 du 28 janvier 2014, je la cite : « se félicite de la nomination, par le Conseil National de Transition (CNT), de Catherine Samba-Panza aux fonctions de Chef de l’Etat de transition et de la nomination d’André Nzapayéké à celle de Premier ministre, ainsi que de la formation d’un Gouvernement de transition », fin de citation. Cette résolution est également celle qui approuve le déploiement d’une opération de l’Union européenne.

 


© binuca.unmissions.org
Le général Babacar Gaye
Enfin cette résolution est surtout la résolution des Droits de l’Homme; en ce qu’elle prend note de la nomination d’une experte indépendante et se félicite de la création d’une commission d’enquête internationale. Elle demande aux autorités de transition, lorsqu’il est fait état d’exaction, que des enquêtes soient ouvertes et que tous les auteurs de cette violation soient traduits en Justice. Enfin elle demande au BINUCA de constater les violations de Droits de l’Homme et les violations du droit international humanitaire sur l’ensemble du territoire.

Donc le Conseil de sécurité a une claire conscience de la situation grave dans laquelle se trouve le pays.
Babacar Gaye


J’ai eu, à plusieurs reprises, l’occasion d’appeler l’attention des élites et de la population sur la nécessité d’un sursaut pour éviter la violence aveugle et la violence inutile à laquelle nous assistons aujourd’hui. Et cette violence se traduit, comme vous l’avez constaté, par un déchirement du tissu social, par une perte de repères sans précédent dans ce pays.

Je salue à cet égard le volontarisme de la president. Mais les incidents qui ont suivi hier sa visite de remobilisation des FACA sont des incidents révélateurs mais également des incidents inadmissibles. Ils doivent faire l’objet d’enquêtes et de sanctions exemplaires.

La communauté internationale est au chevet de la Centrafrique, c’est le sens de la 2134. Il faut que tous les Centrafricains soient au chevet de leur propre pays.

Je vous remercie.

 



Commentaire


Retour en haut