Archive

Bangui: rencontre entre Mme Samba-Panza et le chef d’état-major de l’armée française

Il était question, entre les deux personnalités d’établir le bilan de l’opération Sangaris deux-mois après son entrée en Centrafrique

 

Le bilan à mi-parcours de l’opération Sangaris menée par les Forces françaises en Centrafrique était au menu d’une rencontre tenue récemment, entre la Présidente Mme Catherine Samba-Panza avec le chef d’état-major de l’armée française, l’Amiral Edouard Guillaut qu’accompagnait l’ambassadeur de France à Bangui, Charles Malinas. Arrivée dans la capitale centrafricaine dans le cadre d’une visite de travail de quelques heures, la délégation de l’état-major de l’armée française est venue faire un bilan à mi-parcours de l’apport des troupes de Sangaris aux côtés de la Mission Internationale de Soutien à la Centrafrique sous conduite Africaine (Misca) dans le cadre de la sécurisation du pays, en proie à diverses violations des droits humains.

 


© journaldebangui.com
Le CEMA, l’Amiral Edouard Guillaut (g) et Mme atherine Samba-Panza, présidente de Centrafrique
«La situation de la sécurisation n’est pas la même à Bangui qu’à l’ouest et à l’est du pays. Les phénomènes qui se déroulent dans l’ouest du pays et dans une moindre mesure à Bangui où on assiste à des scènes de pillages, commis par des voyous et non par des éléments des mouvements politico-militaires» a précisé l’ambassadeur Malinas au sortir de l’audience. A en croire l’officier général, la Misca et les troupes de l’opération Sangaris qui interviennent dans l’ouest du pays s’interposent de sorte que les populations musulmanes qui sont menacées et qui sont les victimes de ces exactions soient protégées. «Notre objectif n’est pas de faire la guerre. Notre objectif premier est de sécuriser le pays» a martelé le chef d’état-major l’amiral Edouard Guillaut.

En ce qui concerne la situation qui prévalait à Sibut, M Guillaut a indiqué que des négociations ont fait qu’une partie des troupes séléka qui occupait Sibut soit partie et que le verrou ait sauté. C’était l’essentiel. Et pour le reste nous allons continuer le travail comme nous l’avons commencé avec enthousiasme et détermination» s’est félicité M Malinas.

 



Commentaire


Retour en haut