Archive

Lettre à Madame la Présidente de Transition de la Centrafrique

"Chère madame la Présidente, le temps est court et semble à l’inverse très long pour les déplacés"

 

Chère Madame,
Vous voici légitimée depuis quelques jours en charge de conduire la destinée de ce pays la République Centrafricaine, terre hospitalière où il n’ait refusé à personne de pouvoir s’abreuver. Le compte à rebours vient de commencer pour le gouvernement que vous avez personnellement qualifié de «technocrate». Il n’y a donc aucune raison de préjuger vos actions futures. Dans un de mes pamphlets que je qualifierais moi même de diatribe, adressé à celui qui fut encore Premier Ministre de la Transition début janvier et dont la légitimité était pourtant fondée, j’avais focalisé mon raisonnement sur la substantialité que révèle le péché impardonnable de la collusion avec la «force du mal», en l’occurrence la Séléka. Une entité que je rappelle criminogène dirigée par une horde de bandits venue en Centrafrique pour terroriser, piller, massacrer, violer et s’enrichir. Quelques compatriotes, toujours les même, assoiffés de pouvoir et d’argent ont malheureusement pris fait et cause pour ces malfaiteurs nonobstant les tragédies et souffrances quotidiennes que sont victimes nos concitoyens. Les Tchadiens et Soudanais constituant cette force du mal, n’ont pas hésité avec l’appui de leurs complices centrafricains à s’autoproclamer «Armée Républicaine de Centrafrique», en lieu et place des Forces Armées Centrafricaines. Des condamnations sont venues de part le monde contre les exactions tchado-soudanaises avérées lors de cette «occupation».

 


© journaldebangui.com
Alexis Clevis Singa
Le Premier Ministre de la Transition ainsi que son collaborateur qu’on a considéré à tort comme loyaux, n’ont daigné condamner les actes de ces barbares. Vous étiez «premier citoyen» de la ville de Bangui. J’aurais souhaité que vous condamniez publiquement les exactions aussi bien des éléments tchadiens de la Séléka que ceux de la Fomac et que vous jouiez le rôle que s’est attribué auprès des populations Emile Nakombo qui, - on a compris - avait des arrières pensées politiciennes. Soit! Les temps ont passé et vous voilà élue Présidente de Transition de la République. Permettez que je vous dise chère madame, vous êtes entrées dans l’histoire. Eh oui! C’est un plaisir et en même temps un pied de nez fait à la face du monde. C’est aussi pour tout dire: les Centrafricains sont capables du meilleur comme du pire. A vous d’éviter de les manipuler. Permettez que je vous dise qu’au même moment où vous prêtiez serment pour occuper le fauteuil de la magistrature suprême, bon nombre de nos compatriotes sont tombés sous les balles des ex-séléka et d’autres simplement parce qu’ils ont eu le malheur de croiser les anti-balaka. Ces derniers ont poussé la barbarie au paroxysme de l’insupportable en tuant des enfants, des femmes, des vieux et même un ancien ministre.

Peu après votre prestation de serment, s’en est suivi une cérémonie de «gala» à l’hôtel Ledger Plaza.Dois-je vous avouer que cette cérémonie ostentatoire a été un choc pour moi car je considère qu’il n’y avait rien à fêter. Tout simplement parce que le drame, la tragédie, la souffrance, les déplacements forcés…, ne se fêtent pas avec des coupes de champagne sauf si vous considérez que votre élection découle d’une victoire personnelle et non collective. Alors, dans ce cas, manifestez votre joie en privé avec la famille et hors caméra. Le Conseil National de Transition à qui je rends hommage ici a fait un choix sans contrainte et en totale symbiose avec la volonté du peuple.

Chère madame la Présidente, le temps est court et semble à l’inverse très long pour les déplacés. Allez vers ce peuple dans les camps improvisés et consolez le en tant que «mère» de la nation car une mère est la proximité par excellence dans des forts moments. Je vous assure, vous serez forcément béni. Visitez le nord de la Centrafrique, l’est, l’ouest, le sud et rendez nous compte des dégâts causés par ces escadrons de la mort. Nous vous avons choisi pour cela, estimant que vous n’avez pas de calcul politicien à opérer lors de vos déplacements contrairement à nos politicards informels.

Dois-je vous rappeler madame la Présidente, le moment viendra, - et ce dans peu de temps- où le peuple qui vous a applaudi ne se reconnaîtra plus en vous en cas de manquement avéré à vos obligations. Nos partenaires du G5 (Europe, Etats-Unis, Union Africaine, ONU, France) ont validé les critères de probité visant à postuler à la Présidence de Transition et vous, vous êtes inspirées de cette initiative pour porter votre choix sur le Chef du gouvernement actuel. Mais la question qui me turlupine est celle de savoir si les mêmes critères ont été mis à contribution quant aux choix de certains membres de ce gouvernement. Le Premier Ministre a explicitement affirmé lors d’une interview que ce fut le cas d’où mon interrogation.

Notre vigilance n’est aucunement le reflet d’une pensée caverneuse, elle est au contraire patriotique et républicaine. Vous êtes dans l’obligation de réussir surtout avec l’équipe constituée et qualifiée par vous-même de « technocrate » et c’est ce que nous vous souhaitons.
Alexis Clevis Singa

 

La technocratie comme lanterne du gouvernement en place
Par définition, c’est un mot qui fait référence à un système politique où les techniciens et les fonctionnaires exercent l’essentiel du pouvoir réel, au détriment des responsables politiques.
Le choix pourtant fait de responsabiliser des mercenaires et parents directs de Michel Djotodia sur qui pèsent désormais de graves présomptions de culpabilité pour faits de crime de guerre, crime contre l’humanité, viol, déportation, pillage…, me heurte.

C’est un choix contraire à toute forme d’intégrité et qui ne justifie en rien une éventuelle pacification des esprits. C’est aussi un signal très fort et un appel d’air une fois de plus aux groupuscules mal intentionnés de privilégier le langage des armes pour devenir ministre. Un gâchis!

Dois-je craindre que nous n’en avons pas encore fini avec les rebellions venues d’ailleurs? Qu’en sera t-il si une rébellion se proclame demain dans la lobaye? Nous aurons certainement un ministre d’Etat et deux ministres issus de la lobaye…ainsi de suite. Triste constat.

Nouvelles têtes au sein du gouvernement
J’approuve pour autant la nomination des jeunes générations qui, j’espère se feront remarquer par leur pugnacité et leur rigueur quant à la gestion de la chose publique. Le temps est court, madame la Présidente et les priorités sont immenses. La feuille de route du gouvernement est semble t-il déjà définie; il reste donc à fixer les objectifs pour chacune de ces priorités en fonction bien sûr des financements disponibles. Chaque ministère doit établir ces ordres de priorités dans les actions à mener sur une périodicité minimale avec des objectifs de résultats chiffrés. Un rapport devra être fait et numérisé à des fins d’archivage. Le coût financier lié à la réalisation de ces actions prioritaires doit être rendu public dans ces rapports. Ainsi nous pouvons garantir une traçabilité et montrer le sérieux de l’équipe gouvernementale.

Les priorités incontournables des ministères pour réussir la transition
1.Ministère de la Sécurité Publique…
-visite des camps de déplacés
-identification des personnes sur place et leur nombre plus données sur leur état physique.
-visite des quartiers et arrondissements de Bangui
-identification des maisons incendiées, prise de photos, constat d’huissier à défaut les greffiers seront mis à contribution, création d’un fichier
-notification et enregistrement sur listing (pour constitution de fichier) des cas de disparition
-identification des victimes de barbarie plus fichier
-visite des préfectures, sous préfectures et communes : même procédure.

Recensement de la population et création fichier recensement.
Fiche de recensement avec des informations concernant :
-Lieu et date de naissance
-Nom et prénom
-Nom et prénom des parents des deux générations précédentes
-La maîtrise ou pas de la langue nationale pendant le remplissage du dit formulaire
-Prise de photo d’identité et d’empreintes digitales

Recensement des charniers, des sépultures sauvages et domestiques
Déclarer «faux documents» tous les anciens passeports et éditer de nouvels.
Former des étudiants et élèves lors d’un séminaire à la mise en place de ces fichiers.
Demander le financement via les Fonds d’urgence de l’Union Européenne…

2.Création d’un Comité Interministériel Mixte de Sécurité (CIMS) supervisé par le Premier Ministre.
Le CIMS doit être constitué de :
-Ministre de la Défense
-Ministre de la Sécurité Publique
-Ministre de l’Administration du territoire
-Ministre de la Justice
-Général en tête des forces de l’opération Sangaris
-2 Généraux représentant les forces de la Misca
-Chef d’Etat major des FACA
-Directeur général des forces de la Gendarmerie
-Directeur général des forces de Police
-Le Maire de Bangui

Le CIMS doit fixer les objectifs clairs d’actions de désarmement et rendre public les rapports hebdomadaires concernant ces objectifs et résultats obtenus sur le terrain par l’ensemble des forces opérationnelles.

3.Ministère de la Santé…
-lancement d’un programme de prévention contre le choléra
-lancement d’une dizaine d’équipes mobiles de santé composée d’un médecin et deux assistants pour sillonner les villages et communes afin de promouvoir les différents programmes de lutte contre le choléra, la dénutrition, le paludisme, la malaria…
-lancement de programme d’assainissement d’eau et mise en place des latrines au profit des populations éloignées.
-lancement des programmes de vaccination pour les mères, enfants et nourrissons
-réhabilitation d’urgence des dispensaires rebaptisés « Maison Médicale » et élargir leur compétence
-éditer des livrets de santé à destination de tous et les rendre obligatoires
-relancer des programmes d’émission radiophonique sur les thèmes de santé concernant les femmes et les enfants.

4.Ministère de la Défense
-Consigner les FACA et garantir leur sécurité
-Faire le point sur les armes que détiennent les Faca et procéder à l’identification et à l’immatriculation de chacune d’elles
-Faire le point sur le malaise au sein de l’armée et expliquer les raisons de sa débandade face aux mercenaires de la Séléka
-Mise à disposition de la Misca des éléments de FACA pour une meilleure pénétration des quartiers lors des opérations de sécurisation et de désarmement. Ceci concerne toutes les régions et en particulier celles du nord.
-Sonder l’état psychique des éléments, identifier le besoin urgent en hommes pour combler le déficit numérique de l’ensemble des forces
-Proposer en Conseil des Ministres la levée de l’embargo sur les importations d’armes en Centrafrique afin d’équiper nos soldats et constituer une force de défense solide.
-Construire des casernes dans les régions militaires du nord, nord-est et nord-ouest.
-Consigner les armes après chaque mission sauf pour certains corps
-Réhabiliter les camps Kassaï, Isamo, RDOT et la gendarmerie qui doit être reconstruite ailleurs.
-Prévoir des programmes de formation sur le Droit Humain
-Prévoir un débat public sur l’avenir de l’armée et son rôle dans la société centrafricaine d’aujourd’hui.

5.Ministère de la Justice
Un nouveau projet de réorganisation et modernisation doit être présenté en urgence à nos partenaires financiers pour couvrir :
-la construction d’au moins quatre centres d’incarcération et la réhabilitation des Tribunaux de Grande Instance dans quatre zones à savoir le nord, le nord-ouest, l’est et Bangui.
-La construction et la réhabilitation des tribunaux administratifs
-La modernisation des locaux de la Cour Constitutionnelle et de la Cour des Comptes.
-Un médiateur dans chaque TGI afin de faciliter le règlement à l’amiable des litiges.
-La création d’un Tribunal de commerce avec des juges formés dans la gestion des entreprises et des organisations syndicales.
-Un médiateur « relais » dans chaque mairie de communes, villes ou arrondissements.
-La création d’un nouveau corps au service de la justice à savoir les Gardiens de prisons. Il serait souhaitable que leur formation soit militaire en plus d’un niveau d’étude post-bac.
-Favoriser la procédure de citation directe à des particuliers pour contourner une éventuelle défaillance du parquet.
-Organiser des sessions de formations…

6.Ministère du commerce…
-Il faut créer en urgence les « Maisons de commerce » dans chaque arrondissement et ville. Seront formés, les étudiants en Droit, Science économique et Gestion afin de permettre un bon encadrement des porteurs de projets et les inciter à délaisser l’informel. C’est un projet capital dont le financement doit être nécessaire et pérenne.
-Il y a aussi le renforcement en compétences du guichet unique
-La création d’un fichier des artisans et petits entrepreneurs…

7.Ministère des mines…
-Les agréments pour une exploitation minière doivent faire l’objet d’une enquête de moralité et aussi d’une attention particulière. Il doit être spécifié explicitement que l’accord donné pour l’agrément n’est pas un quitus donnant droit au financement d’une rébellion armée.

8.Ministère de l’Education nationale…
Il serait souhaitable compte tenu du désastre actuel de convoquer une table ronde réunissant les syndicats d’enseignants de l’Université, du secondaire, du primaire ainsi que ceux des élèves, étudiants et parents d’élèves; associer également certaines compétences au sein de la diaspora centrafricaine en France, aux Etats-Unis ou autres et qui sont dans l’enseignement afin de proposer ou de repenser les solutions sur le model de notre système scolaire, sur les programmes académiques et aussi sur la formation ou la remise à niveau du personnel enseignant.

Voici donc chère madame la Présidente ce que je considère pour ma part comme étant prioritaire. Evidemment, je ne peux oublier le besoin criant en moyens matériels de base qu’éprouve chacune de ces entités ministérielles. Le G5 en tant que partenaire privilégié n’a pas attendu de l’administration centrafricaine une estimation pour pouvoir proposer une aide d’urgence pour la remise en marche des machines de l’Etat. A nous de démontrer que nous en sommes méritants. Notre vigilance n’est aucunement le reflet d’une pensée caverneuse, elle est au contraire patriotique et républicaine. Vous êtes dans l’obligation de réussir surtout avec l’équipe constituée et qualifiée par vous même de «technocrate» et c’est ce que nous vous souhaitons.

Fait à Paris le 30 Janvier 2014
Alexis Clevis Singa


Commentaire


Retour en haut