Archive

RCA: les promesses de dons pour la Misca ont atteint 315 millions de dollars

Placée sous líégide de líUnion africaine, la conférence des donateurs la Mission internationale de soutien à la Centrafrique (Misca) síest tenue le 1er février 2014 à Addis-Abeba

 

Plus de 110 pays et organisations internationales étaient réunies dans la capitale éthiopienne, à l'initiative de l'Union africaine (UA), pour la mobilisation de fonds dans le but de permettre à la MISCA d'assurer sa mission de sécurisation et de stabilisation de la République centrafricaine (RCA) en rapport son mandat d'une durée initiale de douze mois établi par une résolution des Nations Unies. Sous mandat de l'UA, cette force dotée d'un effectif de 6.000 hommes d'ores et déjà mobilisé, selon les sources officielles, est pourvue par les pays de la Communauté économique de l'Afrique centrale (CEEAC) à laquelle la RCA appartient, et aussi du Rwanda qui avait quitté cette organisation régionale pour se tourner vers l'Afrique de l'Est et australe.

 


© diaporama-monde
Des éléments de la Misca dans les rues de Bangui
LíUnion européenne a ouvert le bal en octroyant une aide de 100 millions díeuros. «Ce nouveau financement portera le montant total des engagements pris par líUE en RCA depuis le début de la crise à quelque 200 millions de dollars», a précisé le commissaire européen Andris Piebalgs. Les pays de la Communauté économique des Etats de líAfrique centrale (CEEAC), qui ont déjà des troupes sur le terrain, ont octroyé 100 millions de dollars. Díautres contributions ont suivi, notamment de líAfrique du Sud (1 million de dollars), le Nigeria (1,5), líEthiopie (500 000), pour un total de 315 millions de dollars.

La conférence síest tenue en présence du tout nouveau Premier ministre centrafricain, André Nzapayéké qui est arrivé à Addis Abeba le 31 janvier au soir. Il a été invité à présenter la situation qui prévaut dans son pays en dépit de la suspension de celui-ci de l'organisation panafricaine. Il a promis de «tout faire pour ramener le calme et sécuriser le pays» et a également fait mention du souhait de la nouvelle présidente de transition, Catherine Samba Panza, díobtenir du Conseil de sécurité des Nations unies la création díune opération de maintien de la paix en renfort de la Misca et de líopération française Sangaris.

Faiblesses logistiques
Paris, qui nía manifestement pas líintention de prolonger son opération a pris de court les pays de la CEEAC et de líUA en annonçant la date des élections générales, fixées au 15 février 2015. Mais en attendant, selon le général Jean Marie Michel Mokoko, la Misca un besoin urgent de boucler son budget fixé à 403 millions de dollars. Líofficier congolais à la tête de la force africaine a détaillé les besoins de la celle-ci, qui manque notamment de soutien logistique, díune capacité aérienne appropriée pour assurer le transport des troupes et du matériel en-dehors de Bangui (surtout avec une saison de pluie qui dure plusieurs mois dans un pays où le réseau routier est délabré ou inexistant), et de matériel de télécommunication. Mokoko demande également une amélioration du soutien médical et de líapprovisionnement en médicaments.

 



Commentaire


Retour en haut