Archive

Centrafrique: Nourredine Adam retenu quelques instants à Douala au Cameroun

Depuis quelques semaines, les militaires français de l'opération Sangaris surveillent comme le lait sur le feu ses allées et venues

 

Noureddine Adam, ancien chef des services de sécurité de Michel Djotodia, le président déchu, a été brièvement interpellé à Douala par les autorités camerounaises, a-t-on appris de sources diplomatiques. L'ex-numéro deux de la séléka avait quitté Bangui vendredi, 10 janvier 2014 soir pour le Bénin, où il devait rencontrer Djotodia. C'est lors de son escale dans la capitale économique camerounaise que Nourredine Adam a été arrêté. Bénéficiant toujours de son statut de ministre d'Etat et d'un passeport diplomatique, il a ensuite été relâché sans que l'on sache s'il avait ensuite quitté Douala.

 


© financialafrik.com
Nourredine Adam, l'ancien chef des services de sécurité de Michel Djotodia. Nourredine Adam, l'ancien chef des services de sécurité de Michel Djotodia
Depuis quelques semaines, les militaires français de l'opération Sangaris surveillent comme le lait sur le feu ses allées et venues. Considéré comme le plus organisé et le plus professionnel des «généraux» de l'ex-Séléka, cet ancien garde du corps de Cheikh Zayed à Abou Dhabi, formé à l'académie de police du Caire et qui affirme avoir passé quatorze mois au sein des forces spéciales israéliennes, est en outre déterminé et passablement anti-Français, après avoir été proche du régime tchadien. Avec trois cents hommes disciplinés et «surarmés», si l'on en croit les officiers de Sangaris, Adam contrôle actuellement la localité de Bria, la capitale du diamant, dans l'est de la Centrafrique. Autrement dit: le coffre-fort.

Noureddine Adam, líhomme qui veut rester dans líombre
Cíest lui qui avait imposé le président Michel Djotodia lors des accords de Libreville. A 43 ans, Noureddine Adam est líhomme de líombre de la Centrafrique, haï par les groupes chrétiens díauto-défense qui líaccusent de rouler pour le Nord. Avant díentériner sa démission tard dans la nuit du 9 au 10 janvier, Michel Djotodia a tenu à échanger avec cet officier atypique, qui gère également les services de renseignement de la Centrafrique. Numéro deux de la Séléka, en parfaite entente avec Ndjamena, Noureddine Adam était ouvertement en bisbilles avec le président Djotodia depuis le mois díaoût 2013. Accusé díêtre tchadien par les anti-Balaka, ce Rounga bon teint a grandi entre le Soudan et líEgypte. Garde-corps díune famille princière du Golfe, il tissera un réseau díinfluence allant de Dubaï au Darfour. Il fera partie de la vague du retour, ces soldats centrafricains venus de partout grossir les rangs de la Convention des patriotes pour la justice et la paix, ancêtre de la Séléka. Propulsé numéro deux de la Séléka, líaprès Michel Djotodia, désormais entériné, ne se fera pas sans cet officier énigmatique au sourire díacier.

 



Commentaire


Retour en haut