Archive

Centrafrique: les conseillers nationaux ont choisi Mme Catherine Samba-Panza

Les cent vingt-neuf membres du Conseil national de transition (CNT) prenant part au scrutin de ce lundi, 20 janvier 2014, ont accordé leur confiance à líactuelle Maire de la capitale Bangui

 

Cíest par 75 voix contre 57 que Mme Catherine Samba-Panza, est parvenue à líissue du second tour de líélection à prendre la place de Chef díEtat de la Transition devant son challenger du jour, le candidat, Désiré Kolimba, fils de líancien Chef díEtat. Les votes ont débuté à la mi-journée au Parlement provisoire centrafricain pour élire celui ou celle qui remplacerait Michel Djotodia, contraint à la démission il y a une dizaine de jours. Finalement sur les huit candidats en lice, dont deux femmes, les 129 Conseillers nationaux présents ont porté leur choix sur l'une des candidates. Mme Catherine Samba-Panza, actuelle Maire de la capitale centrafricaine Bangui. D'autres conseillers avaient des procurations de ceux absents.

 


© afriquenewsblog
Mme Catherine Samba-Panza, Chef d'Etat de la Transition de Centrafrique!
Cíest la présidente en exercice du Conseil national de transition (CNT), Léa Kouyassoum Doumta, qui avait ouvert les travaux par un rappel des circonstances ayant amené à la démission de l'ex-président et ancien chef rebelle Michel Djotodia, le 10 janvier. «Le peuple nous regarde. Nous allons procéder à un choix important pour líavenir de notre pays», elle-t-elle souligné. Les candidats disposaient de 10 minutes chacun pour présenter leur «profession de foi» aux membres du CNT, qui devaient choisir à bulletin secret le nouveau chef de l'Etat de transition.

Le scrutin devait initialement se dérouler en un seul tour. Le CNT a finalement décidé que pour être élu, un candidat devait obtenir la majorité absolue au premier tour, faute de quoi un second tour sera organisé entre les deux candidats arrivés en tête. Cíest ainsi, que la maire actuelle de Bangui síest retrouvée au second tour face au Fils Kolingba. Le dépouillement a connu un petit incident au cours duquel les forces de défenses et de sécurité (Séléka-Faca) ont fait une intrusion dans la salle. La présidente Léa Kouyassoum Doumta a dû suspendre le déroulement le temps de les évacuer.

 



Commentaire


Retour en haut