Archive

Centrafrique: 24 candidats en lice pour succéder à Michel Djotodja

Trois femmes et 21 hommes veulent demander le suffrage des 135 Conseillers Nationaux de Transition (CNT)

 

24 personnalités centrafricaines ont finalement dévoilé leur intention pour succéder à Michel Djotodia, Chef díEtat de Transition démissionnaire, a-t-on appris de sources officielles. Trois femmes et 21 hommes veulent demander le suffrage des 135 Conseillers Nationaux de Transition (CNT) pour succéder au président démissionnaire afin de poursuivre la période de Transition lancée depuis le 18 août 2013. Parmi ces 24 postulants à la présidence figurent MM. Sylvain Patassé, fils du défunt Président Ange Félix Patassé (1993-2003), Karim Meckassoua, ancien Ministre díEtat du régime Bozize, Bernard Lala grand frère de Jean Barkès Ngombé Kétté, lui-même candidat, Professeur Nestor Mamadou Nali ancien Ministre et coordonnateur actuel du Comité National de Lutte contre le Sida (CNLS). Le critère excluant la candidature des leaders politiques divise la classe politique centrafricaine.

 


© africatime.com
Mme Léa Koyassoum-Doumta, la présidente par intérim du CNT
Beaucoup parmi les politiciens centrafricains síinsurgent contre ce critère. Des manifestations de protestations ont été organisées vendredi par des militants devant le siège du CNT à Bangui pour dénoncer cette pratique M. Paul Bellet líun des leaders des partis politiques de líancienne majorité KNK du Président déchu François Bozize, est monté en créneau ce samedi pour déclarer que le CNT a violé la charte constitutionnelle de transition en son article 23 de la charte de la transition.

Cet article stipule: «En cas de décès, de démission ou díincapacité définitive médicalement constatée du Chef de líEtat de Transition, le Président du Conseil National de Transition assure la vacance. Le Conseil National de Transition procède à líélection du nouveau Chef de líEtat de la Transition dans les quinze (15) jours qui suivent le constat de la vacance par la Cour Constitutionnelle de Transition. Síil níest pas en session, une session extraordinaire est immédiatement convoquée à cet effet». Et de conclure «Nulle part ailleurs la charte a prévu des critères de désignation ou díélection du chef de líétat de transition»

Líélection du président de transition est presque dans toutes les conversations à Bangui. «24 dossiers cíest trop. Juste pour une présidence de transition. Les gens se bousculent comme çà ? Non, ils sont vraiment des assoiffés du pouvoir. Ils lorgnaient alors le fauteuil de Michel» síécrit un homme de la rue. Quatre autres candidatures déposées en retard cíest-à-dire après la clôture du dépôt de candidatures ce samedi níont pas été prises en compte.

Le remplaçant du Président démissionnaire Michel Djotodia aura la lourde charge pendant une période de 11 mois de restaurer díurgence la sécurité ; créer les conditions du retour des déplacés internes et des exilés politiques, relancer les activités socioéconomiques, à regagner la confiance des partenaires techniques et financiers et organiser les élections générales. Le CNT, parlement provisoire a établi, par consensus, une liste de 17 critères que devront remplir les candidats pour se présenter à la présidence de la transition. Lundi, les conseillers du CNT procèderont à líélection, à deux tours et à bulletin secret, du futur président de la transition centrafricaine.

 



Commentaire


Retour en haut