Archive

Centrafrique: déclaration du RONGDH relative à la situation politique

Voici la position du Réseau des ONG de promotion de défense des droits de líhomme (RONGDH) à la suite à la démission de Michel Djotodia et de son Premier ministre Nicolas Tiangaye

 

La République Centrafricaine jadis considérée comme un havre de paix traverse en ce moment une situation jamais connue de son histoire par la commission des crimes de tous genres aux conséquences multiples. Cíest avec soulagement que le RONGDH a appris la démission du président et du Premier ministre de la transition à líissue du 6ème sommet de la Communauté Economique des Etats de líAfrique Centrale (CEEAC) tenu du 09 au 10 janvier à Nídjamena au Tchad sur la crise centrafricaine

A cet effet, le RONGDH se félicite de líinitiative des chefs díEtat de la CEEAC ayant conduit à ces démissions vivement souhaitées. Désormais, Monsieur Alexandre Ferdinand Nguedet assure líintérim du Chef díEtat de transition conformément aux dispositions de líarticle 23 de la charte constitutionnelle de transition.

Par ailleurs, le RONGDH fait observé au Chef díEtat de la transition par intérim et au président du Conseille National de la transition par intérim de síabstenir de se porter candidat à la magistrature suprême.En outre tous ceux qui désirent postuler à cette doivent démissionner de leur charge pour éviter toute incompatibilité. Le RONGDH, exhorte toutes les forces vives de la Nation à úuvrer pour la paix, la concorde et líunité nationale, dans líintérêt supérieur de la nation afin díépargner à notre pays des bains de sang inutiles.

Aussi le RONGDH interpelle les Conseillers nationaux de transition à faire application du code électoral quant aux critères díéligibilité et du mode de scrutin. Le RONGDH interpelle les Conseillers nationaux de faire un choix responsable sensible.

Enfin, le RONDGH exhorte toute la population centrafricaine à tenir que des propos conciliants entre les différentes communautés et à aider les forces Sangaris et MISCA dans leur mission de sécurisation du pays.

Me Mathias Barthélemy Morouba

 

 



Commentaire


Retour en haut