Archive

Non à la mise en place d'une nouvelle Transition par Ndjamena

Le groupe de réflexion wa A za prose le renouvellement des institutions de transition de la République

 

La démission du Président par Intérim et de son Premier Ministre met définitivement fin à líexpérience des Accords de Libreville. Elle marque aussi la fin des menaces constituée par la SELEKA et les Anti Balaka. La Transition prenant ainsi fin, le CNT (Conseil National ne sont plus l de Transition) perd toute légitimité. Le groupe de réflexion wa A za prose le renouvellement des institutions de transition de la République :

- Consolidation de l'Opération Sangaris, de la MISCA et implication des FACA en mettant en place une procédure d'identification des militaires et Officiers Centrafricains vivant à Bangui et non impliqués dans la gestion des différents Présidents Patassé, ou Bozizé sont là

- Mise en place d'un Collège Présidentiel de 4 Co-présidents (deux hommes deux femmes) assurant la une Présidence tournante par mois chacun. Ce collège aura en charge de réorganiser les nouveaux organes de Transition, notamment :
I Gouvernement pour la Restauration de l'Etat de Droit (GRED) avec des portefeuilles précis
II. Assemblée Constituante de Transition
III. Organes consultatifs dont Un Conseil National de Défense supervisé par la MISCA qui assure le respect des institutions et Une Commission de lutte contre líimpunité, vérité et civisme.

Le groupe de réflexion « wa A za » en appelle à la communauté internationale, à líOrganisation des Nations-Unies, à líUnion Africaine, à líUnion Européenne, aux Etats-Unis, à la France ainsi quíà la CEEAC de soutenir le peuple Centrafricain dans sa lutte pour le renouveau.

 

 



Commentaire


Retour en haut