Archive

Centrafrique: Des unités de gendarmerie pour sécuriser l'élection présidentielle du 23 janvier 2011

500 hommes supplémentaires ont été recrutés pour renforcer la force multinationale díAfrique centrale

 

Deux unités supplémentaires de gendarmerie seront déployées en République Centrafricaine en vue de l'élection présidentielle du 23 janvier 2011, apprend-t-on du chef de la composante police-gendarmerie de l'état-major régional de la Force multinationale de l'Afrique centrale (FOMAC), le colonel Bellarmin Ndongui. De passage à Douala, au Cameroun, le colonel Bellarmin Ndongui précise que ces unités fortes de 250 hommes viennent renforcer les 500 éléments déjà présents dans ce pays d'Afrique centrale. Ces gendarmes font partie de la Mission de conseil de paix et de sécurité d'Afrique centrale (MICOPAX), un mécanisme sous la houlette de la Communauté économique des Etats d'Afrique centrale (CEEAC). A ces ressources humaines s'ajouteront des moyens aériens. Il faut être capable de déployer les forces de sécurité et le matériel électoral à n'importe quel coin du territoire. En plus, les urnes doivent être rapidement sécurisées et acheminées au quartier général de la commission électorale, à Bangui, souligne Bellarmin Ndongui.

 


© google-images.fr
Il ajoute sans autre précision que des Etats de la sous région ont répondu favorablement à la demande d'avions de la CEEAC. Le dispositif, qui se mettra en place au début de janvier 2011, fera au préalable l'objet d'un accord technique entre la CEEAC, la RCA et les autres acteurs impliqués dans le processus politique. Depuis 2009, la CEEAC a remplacé la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC) dans la gestion crise politique en RCA à travers la MICOPAX. Le premier mandat de cette dernière, lors de sa création le 12 juillet 2008, était la stabilisation de la situation militaire. Elle s'attelle actuellement à la consolidation, en se chargeant de l'accompagnement du processus politique et la réforme des institutions, la gestion de la sécurité publique quotidienne et la reconstruction économique et sociale de la République Centrafricaine.

 



Commentaire


Retour en haut