Archive

Idriss Déby: «les Tchadiens ne méritent pas un tel traitement»

Le président tchadien Idriss Deby a promis de «punir» ceux qui attaquent des civils tchadiens en Centrafrique.

 

Idriss Déby a exprimé sa «colère»
«Ceux qui se sont attaqués aux Tchadiens et qui continuent de síattaquer aux Tchadiens; ceux qui ont assassiné des Tchadiens et qui continuent díassassiner des Tchadiens ne resteront pas impunis». Telle est la promesse fait par le président tchadien jeudi 3 janvier à Ndjamena alors quíil visitait trois des six centres où sont hébergés temporairement des Tchadiens ayant fui la Centrafrique, craignant pour leur vie. Ce sont plus de 12.000 ressortissants tchadiens qui ont été rapatriés par avion depuis le 21 décembre de RCA. «Síattaquer impunément à une catégorie de population appartenant à un pays qui vous aide me semble être plus que de líingratitude, cela est intolérable».

 


© Reuters
Le président Idriss Déby du Tchad
[«i Les Tchadiens ne méritent pas un tel traitement. Tout le monde sait que nous avons mis notre cúur, nous avons mis tous les moyens nécessaires, matériels, financiers, et nous avons engagé nos troupes depuis 1995 pour aider les Centrafricains à renouer avec la paix]», a ajouté Idriss Déby, dans son discours de soutien. «S'attaquer à des femmes, à des enfants, sélectivement des Tchadiens, les assassiner, les tuer, cela est intolérable» a ajouté M. Déby, en visitant l'un des quatre centre sociaux prévus pour les accueillir. A líissue de sa visite, le président Déby a lancé un appel «à la solidarité nationale pour venir en aide aux rapatriés». Rappelant que le Tchad avait «perdu 23 soldats depuis 1995» en Centrafrique, le président a affirmé qu'il venait «encore de perdre un nombre important qu'on ne connait pas actuellement de nos compatriotes».

Beaucoup de Centrafricains accusent le Tchad díavoir soutenu líex-rebellion Séléka qui a renversé en mars dernier le président François Bozizé. Depuis, le chaos en Centrafrique a fait naître un puissant ressentiment contre les Tchadiens, désormais obligés de quitter le pays. Les soldats tchadiens participent à la Misca, la force de 3600 hommes sous mandat de líUnion africaine en RCA. Idriss Déby intervient depuis longtemps en Centrafrique, soutenant ou défaisant des régimes. Le Tchad a fourni les hommes qui ont permis à François Bozizé de prendre le pouvoir, avant de lâcher le président.

 



Commentaire


Retour en haut