Archive

Bangui: le second vol ramenant les Sénégalais a été annulé

Les 200 ressortissants sénégalais encore en souffrance dans la capitale centrafricaine devront patienter

 

Prévu pour aujourd’hui, le second vol de rapatriement des sénégalais de Bangui n’atterrira finalement pas à Dakar ce jeudi, 02 janvier. Ces derniers devront encore prendre leur mal en patience en Centrafrique pour 24 heures de plus. En effet, le second avion ne devrait arriver que demain vendredi dans la matinée. Le directeur des sénégalais de l’extérieur au ministère des Affaires Etrangères, Sory Kaba qui en parle précise que, « le deuxième vol est en train d’être coordonné. Nous travaillons à l’hypothèse qu’il devrait quitter Madrid (Espagne) pour rejoindre Bangui (Centrafrique) à 17 heures pour ramener nos compatriotes au nombre de 200 qui restent encore dans la capitale centrafricaine et qui souhaitent revenir peut être au petit matin. Disons dans la nuit de ce 2 au 3 janvier. Cette hypothèse n’est pas confirmée parce que le premier contrat qui nous lié avec la première compagnie, c’était précisément pour les journées du 31 décembre et 1er janvier. Mais comme vous le savez, le 31 l’avion n’a pas pu atterrir à Bangui. Donc, nous sommes obligés de reconsidérer ce premier contrat en partant vers une autre signature de contrat pour pouvoir rapatrier nos compatriotes. Et le président de la République qui est assez sensible est entrain lui-même de s’en occuper à la réunion du conseil des ministres» sur les ondes de la Rfm où en ce qui concerne la rupture de contrat d’avec le premier vol, Sory Kaba souligne. «[iL’avion qui a ramené 260 sénégalais hier avait d’autres engagements pour la journée d’aujourd’hui]».

 


© Autre presse
Le président sénégalais Macky Sall accueille, les retournés du jour de l'an!
«Rescapés de l’enfer de Bangui»: les premiers Sénégalais parlent
Lors de leur débarquement sur le tarmac de l'aéroport de Dakar en provenance de la République centrafricaine, les 259 Sénégalais, avaient le visage remplis de peur, la mine triste et les habits tachetés. «La situation est très grave là-bas. Imaginez, nous qui sommes des Sénégalais et qui n’ont jamais vu des personnes se faire égorger. A chaque fois nous sentions la mort s’approcher de plus en plus de nous. Ils tuent sans distinction de races ou de pays, seule la religion à laquelle on appartient compte pour eux», raconte Babacar Baldé. D’après ce jeune homme, il y a sa mère et ses 8 sœurs, ainsi que des centaines de Sénégalais qui sont encore à Bangui. Un autre jeune, Mamadou Séne fond en larmes, sous les questions des journalistes. «Sincèrement, nous venons de l’enfer. Nous arrivons de quelque part ou l’odeur du sang des cadavres qui remplissent les rues envahit toujours nos narines. Nous sommes des survivants, car beaucoup de nos connaissances ont été égorgés sous nos yeux», témoigne Mamadou, sur les colonnes de Direct-Info.

Le rapatriement des Sénégalais répondu à l’appel au secours de ceux vivant en Centrafrique, un pays traversé par des violences dans une guerre entre chrétiens et musulmans depuis plusieurs semaines déjà.

 



Commentaire


Retour en haut