Archive

Le Nord de la Centrafrique en phase de devenir une zone d’occupation du Tchad

Le scénario évoqué par le président du Tchad est la porosité de la frontière avec la Centrafrique

 

Il craint un possible coup d’Etats venant de ses adversaires à partir de la Centrafrique. Dans ce cas de figure, Se dessine un scenario à la Palestine où le Nord de la Centrafrique deviendrait un territoire occupé et annexé, sous occupation tchadienne avec l’installation des colons tchadiens. Avec la France qui serait ce que les Etats-Unis représentent pour Israël. Quelle histoire !

 


© journaldebangui.com
Jean-Gualbert Togba
Le maintien de Michel Ndjotodia comme président de la transition provoque la montée des groupes armés pour le déloger du pouvoir à cause de sa responsabilité et initiateur du malheur installé en Centrafrique, créant un surplus d’insécurité. Nous observons un phénomène assez étrange avec les éléments de la Séléka agresseurs et responsables des massacres de la population centrafricaine se transforment en victimes et se permettent même le luxe d’organiser des marches de protestation contre la France pour soit disant sa partialité. Alors que l’impartialité de la France aurait voulu un traitement sans pitié de la Séléka comme étant une organisation criminelle à éradiquer.

Avec cette politique de la non fermeté et de la fébrilité, la France a atteint ses limites et à très vite désenchanté. On se demande aussi si la France s’est donnée le moyen de cette politique d’intervention en Centrafrique ? Le vote de l’Onu est-il juste un moyen d’obtenir une carte blanche afin de s’aventurier dans ses conquêtes africaines à partir de la Centrafrique ? En toute connaissance de cause, l’appel de François Hollande en direction l’ONU à Ban Ki-Noon «pour jouer un rôle plus important encore» atteste cette difficulté. Une certaine fébrilité et sonne comme un glas d’impuissance. Le même message a été relayé par l’archevêque de Bangui le Mgr Dieudonné Nzapalainga et le président de la communauté islamique de la RCA, l’Iman Omar Koboné Layama qui tous les deux ont estimé que les Forces Françaises et Africaines ne sauraient porter ce fardeau à elles seules dans le monde. Et de l’envoyée spéciale de la chaine française Tf1, Liseron Boudou de s’interroger comment éviter un autre bain de sang et les actes de vengeance quand l’arme française a du mal à contenir la violence ? Elle seule semble bien du mal à contrôler la situation.

Dans tout ça, les centrafricains sont tournés en bourrique dans ce montage macabre et sinistre. Devant le manque de conscience et du pragmatisme face à ce jeu de yoyo que joue la France comme si c’est pour faire durer le plaisir, mais de quoi ? Des morts horribles des êtres humains ? Ou pour offrir un décor grandeur nature aux metteurs en scène des films d’horreur. Le marchandage sur la Centrafrique ne s’est pas fait derrière un rideau de fer au point de laisser dubitatif les observateurs de plus en plus critiques du manque de réalisme et du manque de visibilité dans la politique de François Hollande pour le désarmement qui d’après certaines presses françaises comme La Depeche.fr évoque « le spectre de l’enlisement pour les soldats français ». Et on se demande si sur la crise centrafricaine la France est passée sous la colonisation tchadienne? Idriss Deby qui commence à devenir encombrant pour la France et ses compères Africains, pourrait subir le même itinéraire que Bozizé. Attention la politique est une roue qui tourne très vite.

 



Commentaire


Retour en haut