Archive

Centrafrique: Annulation des dettes du gouvernement grâce aux reformes

Selon le ministre des Finances et du Budget Albert Besse, «plus de 200 à 300 milliards des dettes gouvernement sont annulées»

 

Les reformes engagées depuis le retour à líordre constitutionnel de 2005 dans le domaine de la mobilisation des ressources financiers ont permis à la République Centrafricaine de renouer avec les Institutions financières internationales notamment la Banque Mondiale, la Banque Africaine de Développement (BAD). Une situation qui a également permis une faible relance des activités économiques et un début díassainissement des secteurs financiers et économiques du pays. Cíest pourquoi lors de son bilan annuel, le ministre des Finances et du Budget Albert Besse a indiqué que dans le cadre de la lutte contre la corruption et la lutte contre la fraude des régies financières, le gouvernement centrafricain a instauré le système de bancarisation des recettes et la création du guichet unique à Douala au Cameroun qui permettent au gouvernement de savoir exactement le montant qui entrent dans la caisse de líEtat, car líargent va directement dans les banques et la mise en place du Comité de trésorerie présidé par le Président François Bozizé, permet de contrôler les dépenses de líEtat.

 


© journaldebangui.com
Albert Besse, ministre des Fiances et du Budget
A la suite de cet aveu, Albert Besse a ainsi déclaré que plus de 200 à 300 milliards des dettes sont annulées grâce aux reformes entreprises par le gouvernement centrafricain. Une situation qui ne fait malheureusement pas oublié que des difficultés existent, notamment la bancarisation des fonctionnaires centrafricains qui est une réussite malgré quelques difficultés individuelles relatives aux petites pannes techniques liées à líinstallation des nouvelles logistiques. En plus, la République Centrafricaine a ratifié toutes les conventions avec les Institutions financières internationales. Toutes ces reformes ont ouvert les voies aux bailleurs de fonds pour aller investir en République Centrafricaine. La Banque Mondiale et la Banque Africaine de Développement (BAD) sont entrain de financer le tronçon Bangui jusquíau Cameroun, a informé le ministre Albert Besse. Tous ces reformes a conduit à líannulation des anciens dettes des années 1972, 1973 de plus de 200 à 300 milliards de francs CFA des dettes en 2010 et à líadmission de la République Centrafricaine au sein des Pays pauvres très endettés (PPTE), a confirmé le ministre des Finances et du Budget.

Orientations du budget 2011
Au terme des grandes orientations du budget 2011, le ministre Albert Mbesse a signifié que Les perspectives économiques nationales en 2011, dépendraient en grande partie de la bonne organisation des élections législatives et líélection présidentielle de janvier 2011, de la consolidation de paix, de la stabilité sociopolitique avec la mise en úuvre effective du programme de désarmement, de démobilisation et de réinsertion (DDR). Le ministre qui síexprimait devant líassemblée du peuple síest prononcé en faveur de la relance des différents secteurs de líéconomie. La relance de líagriculture vivrière et de rente, de la consolidation des relations avec la communauté internationale ainsi que de la poursuite des réformes entreprises dans le domaine des finances et du nouveau programme de facilité élargie des crédits (FEC), a conclu Albert Mbesse, ministre des Fiances et du Budget.

 



Commentaire


Retour en haut