Archive

Bangui: découverte d'une fosse commune contenant des cadavres

Les décès remonteraient à quatre ou cinq jours, et plusieurs corps avaient les mains liées ou présentaient des traces de torture

 

Vendredi, 27 décembre au matin, un calme relatif semblait toutefois revenir dans la capitale centrafricaine. Alors que les violences se sont encore accrues au cours des derniers jours en Centrafrique entre combattants de la Séléka et milices chrétiennes, faisant des dizaines de morts et poussant les forces françaises à se déployer largement dans Bangui, où elles ont sécurisé deux quartiers. La journée du jeudi 26 décembre a également été marquée par la découverte, révélée par Libération et France Info, d'une fosse commune contenant trente cadavres, certains portant des traces de torture et dont le décès remontait à quatre ou cinq jours, non loin du camp de Roux, base des forces de la Séléka, l'ancienne rébellion désormais au pouvoir. La justice centrafricaine a ouvert une enquête.

 


© Diaspora Multimédia & Audiovisuel
Les corps à identifier à la morgue de Bangui
la réaction des Etats-Unis
Face à ces développements, le secrétaire díEtat américain John Kerry a appelé jeudi les autorités centrafricaines à tout faire pour immédiatement mettre fin aux violences et à líusage de la torture. «Les Etats-Unis síalarment des attaques des 24 et 25 décembre en République centrafricaine, menées à la fois par les combattants de (líex-rébellion) Séléka et ceux des anti-balaka (milices díauto-défense chrétiennes, ndlr) contre des populations civiles dans la capitale Bangui», a déclaré Kerry dans un communiqué.

Ces attaques ont entraîné la mort de plusieurs dizaines de personnes, y compris des membres de la Misca, la force africaine en Centrafrique, ainsi que le déplacement de personnes vivant dans le nord de la capitale, a déploré le secrétaire díEtat. Celui-ci síest également dit «profondément inquie» de la découverte à Bangui de cette commune contenant plus díune vingtaine de corps, appelant «les autorités intérimaires de la République centrafricaine à immédiatement mettre fin aux violences, à cesser le recours à la torture et à enquêter et juger toutes les personnes impliquées dans des violations graves des droits de líhomme». «Ces combats sectaires continus ne font quíaggraver les blessures du pays et rendre la réconciliation plus difficile», a-t-il insisté. Le chef de la diplomatie américaine a assuré que cette crise «ne pourra se résoudre que par la voie díun processus politique, conduisant à des élections justes et ouvertes le plus vite possible, mais pas plus tard que février 2015».

<div align="center"><iframe frameborder="0" width="480" height="270" src="http://www.dailymotion.com/embed/video/x18vzcf"></iframe><br /><a href="http://www.dailymotion.com/video/x18vzcf_ghislain-gresenguet-procureur-de-la-republique-a-bangui_news" target="_blank">Ghislain Gresenguet, Procureur de la République...</a> <i>par <a href="http://www.dailymotion.com/FranceInfo" target="_blank">FranceInfo</a></i></div>

 



Commentaire


Retour en haut