Archive

Bangui: la population du nord fuit vers le sud de la capitale

Ce mouvement fait suite à des violents affrontements qui se sont déroulés dans la journée du mercredi 25 décembre et qui se sont poursuivis dans la nuit du jeudi

 

Les habitants des quartiers nord et nord-ouest se dirigent vers le sud de la capitale centrafricaine, pour se mettre à líabri de líinsécurité. Tôt dans les premières heures de la matinée du mercredi, des femmes trainant leurs enfants se dirigeaient vers le sud de Bangui, notamment dans le 6ème, 2ème arrondissement et la commune de Bimbo. Interrogés par le RJDH ces déplacés affirment ne plus supporter les détonations díarmes lourdes et les exactions. «Nous ne pouvons plus restés dans le quartier. Même si nous nous enfermons dans la maison, des balles perdues traversent les tôles pour nous atteindre, parfois se sont des lances roquettes ou des obus qui tombent sur les toitures et font díénormes dégâts», a témoigné Roseline Yamalet, habitant le quartier Fouh dans le 4èmearrondissement de Bangui, qui se dirigeait vers le quartier Lakouanga dans le 2ème arrondissement.

 


Départ pour le sud de la capitale Bangui
Pendant leur fuite, certains déplacés affirment avoir été menacés ou alors, quelques-uns de leurs biens ont été confisqués par des éléments de líex-Séléka qui détiennent encore des armes. «Nous avons quitté le quartier Gobongo pour se rendre au quartier Sica 1 chez un parent. En cours de route les hommes de la Séléka cantonnés dans la base des sapeurs-pompiers nous ont interceptés. Ils ont procédé à la fouille de nos bagages. Après níavoir rien trouvé de suspect, ces derniers ont proféré des menaces de mort contre nous. Ils nous ont accusés díêtre des milices communautaires appelés localement anti-balaka», a relaté Gervais Dongon.

Dans la journée du mercredi 25 décembre, alors que le monde entier célèbre la fête de noël, la population centrafricaine était encore une fois de plus paniquée. Des tirs à líarme lourde et légère ont été entendus dans plusieurs quartiers de Bangui, principalement dans le nord et le nord-ouest. Le bilan fait état de six morts du côté des éléments tchadiens de la Mission internationale pour le soutien à la Centrafrique et une cinquantaine des personnes habillées en civiles tuées. Tôt ce le jeudi 26 décembre au matin, des tirs ont été entendus dans ces lieux, une situation qui a obligé plusieurs personnes à quitter leur domicile pour se réfugier dans le sud de la capitale centrafricaine.

 



Commentaire


Retour en haut