Archive

Rwanda: Paul Kagame de nouveau en selle pour 7 ans!

Le chef de l'État sortant a remporté l'élection présidentielle au Rwanda avec 93 % des voix

 

Celui qui a mis un terme au génocide de juillet 1994, à la tête de la rébellion tutsie du Front patriotique rwandais (FPR), obtient ainsi le droit de diriger le pays pour un deuxième mandat de sept ans, a annoncé mercredi la Commission électorale nationale (NEC). Le taux de participation au scrutin a dépassé la barre des 95 % dans les cinq provinces du pays des mille collines. La réélection de Paul Kagame lors du scrutin de ce lundi était attendue grâce au bilan économique avantageux qu'il peut revendiquer, mais surtout en raison de pressions exercées sur ses adversaires politiques et ses détracteurs.

 


© Overblog.com
Image d'illustration
Trois partis récemment apparus, dont deux non reconnus par les autorités, étaient exclus du vote. Ils ont dénoncé une farce électorale et qualifié les trois rivaux de Paul Kagame de candidats fantoches. Des groupes de défense des droits de l'homme ont également noté que les trois candidats en lice contre M. Kagame étaient politiquement faibles et proches de son parti, le Front patriotique rwandais. Les célébrations avaient d'ailleurs commencé bien avant que les résultats ne soient définitifs. Des partisans de Paul Kagame célébraient déjà la victoire mardi, au stade de Kigali, tandis que des feux d'artifice couronnaient les réjouissances. Le président Paul Kagame a fêté sa victoire en dansant jusqu'à l'aube avec sa famille dans sa loge. C'est la victoire du peuple du Rwanda, a-t-il lancé. Paul Kagame est arrivé à la présidence en 2000, mais détenait le pouvoir de facto depuis que ses forces armées avaient mis fin au génocide de 1994 pour le porter au sommet de l'État. Il avait remporté le scrutin présidentiel de 2003 avec 95 % des voix.

Un mandat axé sur la croissance économique
En votant à Kiyovu, faubourg de la capitale, Paul Kagame a dit qu'en cas de réélection, il maintiendrait son objectif de soutien à la croissance économique du pays. Nous sommes bien partis, nous voulons attirer davantage d'investissements dans le pays et accroître nos échanges commerciaux dans la région et au-delà. Je veux consolider cela et poursuivre la croissance, a-t-il déclaré. Malgré ses maigres ressources, le Rwanda parvient à attirer donateurs et investisseurs. De ce fait, le président rwandais est considéré par certains comme un dirigeant visionnaire et une icône africaine. Mais si la plupart des voisins et des donateurs du Rwanda sont sans doute satisfaits d'une réélection de Paul Kagame, certains observateurs estiment que la figure dominante du Rwanda n'en devra pas moins redorer son blason. Paul Kagame et son Front patriotique rwandais doivent relever le défi difficile consistant à améliorer leur image, qui est écornée par les informations ayant fait état d'une répression politique grandissante dans la période qui a débouché sur l'élection de lundi, estime dans une note de travail Gus Selassie, analyste pour l'Afrique chez IHS Global Insight. Le scrutin s'est déroulé dans le calme et certains bureaux de vote ont signalé une participation de 100 % bien avant l'heure de fermeture, a déclaré le président de la Commission électorale nationale.



Commentaire


Retour en haut