Archive

Coupe Cemac: la Centrafrique jouera sa finale contre le Gabon

Les Fauves de Bas-Oubangui, qui avaient mal démarré la compétition sont les invités surprise de cette phase finale de la coupe sous régionale

 

La finale de la Coupe de la CEMAC opposera la Centrafrique au Gabon, samedi au stade de la Rénovation de Franceville. Le pays organisateur a éliminé hier mercredi, le Congo, tenant du titre, sur le score de 1-0. Les Fauves de Centrafrique se sont qualifiés en écartant le Cameroun (2-2, 9-8 tab), à Bitam. Camerounais et Congolais, malheureux demi-finalistes, se rencontrent demain vendredi pour match de classement. Quant à leurs tombeurs, ils síaffronteront samedi 21 décembre à Franceville en finale de la Coupe de la CEMAC.

 


© footafrica365.fr
La Centrafrique disputera la finale de la Coupe de la Cemac à France-ville au Gabon
La Centrafrique jouera la finale de la Coupe de la CEMAC
La guerre civile qui ravage la République centrafricaine semble níavoir aucune conséquence négative sur le moral des Fauves du Bas Oubangui, la sélection nationale centrafricaine. Arrivés à líimproviste au Gabon pour la Coupe de la CEMAC, la RCA a volé de victoire en victoire, et a décroché son troisième succès hier mercredi soir au stade Gaston Peyrille de Bitam devant les Lions Aí du Cameroun sur le score de 9 buts à 8 après tirs au but, après que le temps réglementaire se soit soldé par un 2-2. Menée 2-1 dans les prolongations, la Centrafrique a réussi à renverser la tendance. Très surprenante jusque-là dans la compétition, la Centrafrique jouera donc la finale de cette 8ème édition, samedi prochain contre le Gabon vainqueur de líautre demi-finale, face au Congo qui se disputait à Franceville. Les deux formations s'étaient déjà affrontées au 1er tour (groupe A) et les Panthères l'avaient emporté sur le score net de 3-0.

La Coupe de la CEMAC, ex coupe de l'Union douanière et économique de l'Afrique centrale (UDEAC), se joue depuis 1984, mais elle a connu une trêve de 13 ans, de 1990 à 2003, puis une interruption en 2011 et 2012.

 



Commentaire


Retour en haut