Archive

Centrafrique : 500 soldats congolais arrivés à Bangui

Ces militaires síajoutent aux 200 militaires français, eux arrivés lundi à Bangui dans le but de ramener la paix et la sécurité dans le pays

 

L'avion qui a ramené les militaires congolais à Bangui a fait deux rotations entre Brazzaville et la capitale centrafricaine. Les 200 militaires français sont pour leur part arrivés en provenance de Douala au Cameroun, alors qu'une trentaine d'hommes se trouvent déjà dans le pays avec du matériel pour préparer le terrain au déploiement d'un millier de troupes au total décidées par les autorités de Paris. La France et le Congo ont déjà déployé respectivement 350 et 450 soldats en République centrafricaine, notamment dans le cadre des accords de défense vieux de plus de 50 ans avec les autorités de Bangui pour la première, et dans le cadre de la Mission de consolidation de la paix en Centrafrique (MICROPAX) pour le second en tant que membre de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC).

 


© afp
500 soldats congolais arrivés à Bangui
Depuis l'arrivée au pouvoir de l'ex-coalition Séléka le 24 mars dernier, la situation sécuritaire s'est nettement dégradée dans la capitale et à l'intérieur du pays. Les ex-rebelles sont pointés du doigt par la population et la communauté internationale d'être à l' origine de nombreuses exactions (pillages, assassinats, exécutions sommaires, viols, vols à main armée, etc.). « C'est une bonne nouvelle pour le peuple centrafricain en général. Les moyens de l'Etat ne permettent pas en ce moment de sécuriser le pays tout entier. Nous comptons sur l'engagement des pays de la sous-région, de la France et d'autres pays qui sont disposés à appuyer l'effort du gouvernement centrafricain dans le cadre du rétablissement de la paix et la sécurité dans le pays », a déclaré à Xinhua Guy Simplice Kodégué, porte-parole de la présidence. La MISCA est une force sous mandat de l'Union africaine (UA) et qui est chargée de favoriser la pacification de la RCA, un pays sans cesse en proie à des coups d'Etat et rebellions, le désarmement des groupes armés actifs dans le pays, à commencer par les ex-combattants de la Séléka. Elle est commandée par le général congolais Jean-Marie Mokoko. Le renfort des troupes françaises vise à appuyer ses opérations.

 



Commentaire


Retour en haut