Archive

Le FESMAN "vend" le talent des artistes africains

En tout plus 500 œuvres réalisées par des artistes et artisans africains. Du Design, Arts visuels et photographie jusqu’au 31 décembre

 

"Biscuiterie de Médina", ancienne usine transformée pour l’occasion une véritable galerie d’art, abrite ces œuvres en provenance de plusieurs pays d’Afrique, qui reflètent la diversité, le talent et le savoir faire des artistes et artisans noirs. Dans cette profusion d’objets, une sculpture de deux personnages accrochée au mur attire l’attention. Ils sont debout chacun devant un guichet. Sur le premier guichet est écrit: " Caisse de remboursement de la dette tandis que le second est une "caisse de crédit". L’œuvre s’intitule: "l’Afrique face à son destin". Son auteur Sikiri Sy évoque à travers cette création, l’insoluble question de la dette extérieure, un boulet pour l’Afrique. Le Burkinabé Saïdou Dicko présente dans un autre box son Tapis peulh. De petits clichés numériques de 3,5 cm sont agrafés sur du tissu tendu le tout collé sur un châssis en contreplaqué. Non loin de là, les canapés, des tabourets en bois, des tissus et des bijoux (..) il y a là près de 400 objets d’artisanat réalisés par des anonymes en Algérie, au Maroc ou encore Ghana. "L’objectif était de ramener sur le continent africain, des pièces que le grand public n’a jamais eu la chance de découvrir", indique Florence Alexis, commissaire de l’exposition.

 

Dans un tout autre décor, Bili Bidjocka présente les liens profonds entre l’Afrique et l’Amérique à travers une pirogue remplie de tête de jumeaux. En photo, les clichés du Sénégalais Oumar Ly renvoient bien loin dans le temps. En noir et blanc, ils reflètent le quotidien des habitants de Podor (au Nord du Sénégal) dans les années 60. Oumar Ly expose aussi d’anciens appareils photos qui datent des années 60. "Ce sont des appareils qu’on appelait 6/6, une 13/18", explique le vieux photographe en désignant du doigt ces anciens appareils qui résistent encore au temps. L’exposition sur la photographie est intitulée "Images, Imageries, Imaginaires". A travers elle, les organisateurs veulent montrer le rôle central de la photographie dans les cultures visuelles africaines. "Afrique de l’Ouest, Afrique centrale, Afrique de l’Est, Afrique australe, Afrique du Nord, Diaspora africaine, Océan Indien, sept aires culturelles sont incarnées à cette exposition internationale par les artistes les plus représentatifs, les plus puissants et les plus productifs", a dit Florence Alexis. Fatou Sy, une festivalière se dit touchée par certaines œuvres: "Il beaucoup de choses à voire. J’ai été marquée par des œuvres en tissus à travers lesquelles l’artiste parle de l’Afrique précisément de l’histoire de la colonisation. C’est une œuvre qui m’a beaucoup touchée en tant qu’artiste" confie-t-elle.


Commentaire


Retour en haut