Archive

Centrafrique: un Premier ministre tire-laine

Incroyable mais vrai! Samedi 12 octobre 2013, Nicolas TIANGAYE, a convié les partis politiques de líancien FARE à une réunion inédite

 

Rappelons que le FARE a été dissous par ce dernier suivant le communiqué de presse diffusé le 06 septembre 2013. Cíest donc en sa qualité de Premier Ministre que Nicolas TIANGAYE a pris cette initiative politique singulière. Au menu, découvert par les invités pendant la séance, la signature díun protocole díaccord comportant une plate-forme politique et Öla désignation du président du MLPC Martin ZIGUELE comme candidat UNIQUE du Collectif de l'ancienne opposition politique au régime de François BOZIZE aux prochaines échéances présidentielles.

 


© journaldebangui.com
Clément De Boutet-M'Bamba
Ni le RDC, ni le MDREC, ni líADP ou líUDPP níavalisèrent pas le document. Seul le MLPC, représenté par son 1er Vice-Président, le nouvel Inspecteur Général díÉtat KOYAMBONOU, un fonctionnaire sous líautorité du Premier Ministre, accorda crédit à la démarche et au document. Je me réjouis de ce que le Bureau Politique de mon parti, le Rassemblement Démocratique Centrafricain(RDC) ait rejeté cette proposition à l'instar des autres partis de l'ex FARE.

Quarante-huit heures après líadoption de la résolution 2121 par le Conseil de Sécurité et 24 heures avant la visite annoncée du ministre français des Affaires Étrangères à Bangui, líon pouvait síattendre, à tout le moins, à líannonce des mesures de terrain tendant à la mise en úuvre du contenu du texte onusien. Mais voilà quíau lieu de gouverner, le Premier Ministre manúuvre. Au lieu de se montrer à la hauteur de sa tâche, Nicolas TIANGAYE apparaît en manúuvrier de couloir. De la pire engeance !

Au lieu díoccuper son rang, voilà Nicolas Tiangaye factotum du MLPC ou de son Président ? Nía-t-il pas mieux à síoccuper en ces périodes de grands malheurs ?

La Résistance du peuple centrafricain ne síarrêtera pas à la résistance aux hordes díenvahisseurs quíil connaît.
Clément De Boutet-M'Bamba

 

Au lieu de se préoccuper de líavenir du pays, il se préoccupe de son avenir personnel, le deal étant de se voir confirmer à nouveau Premier Ministre une fois le candidat qu'il a choisi, élu. Cela donne, en avant-première, une idée de la transparence des futures échéances électorales : un autre attentat contre la démocratie en préparation.

Peu importe le sort des populations, peu importe le sort du pays pourvu que le duo de bras-cassés se maintienne.

Líincurie des dirigeants de ces deux dernières décennies perdure. Le Premier Ministre fait illusion mais ne fait pas exception à la règle. Quoi díétonnant que monsieur BENDOUNGA, tout ministre quíil soit, lui ait volé dans les plumes, le traitant díincompétent et exigeant sa démission.

La Résistance du peuple centrafricain ne síarrêtera pas à la résistance aux hordes díenvahisseurs quíil connaît. Nul ne lui volera sa victoire. Les tire-laine níont quíà se tenir pour dit.


Commentaire


Retour en haut