Archive

Séléka: le Colonel Mahamat Amin de Damara et le Comzone de Bangassou aux arrêts

Le ministre de la Justice, Arsène Séndé, a publié le 10 Octobre un communiqué de presse sur ces derniers événements en RCA

 

Aux termes de ce communiqué de presse, «au moment où tous les efforts du Gouvernement d’union nationale de transition, sous l’impulsion du Chef d’Etat de la transition, Michel Djotodia, sont concentrés sur la restauration de la sécurité tant à Bangui qu’en province, et à une période où la communauté internationale commence à se pencher véritablement sur le drame que notre pays est en train de traverser, certains ennemis de la République excellent dans la commission de divers crimes et autres graves violations des droits humains, faits prévus et réprimés par le code pénal. A Bangassou, un Colonel dénommé Abdallah, se réclamant de l’ex-coalition Séléka, s’est autoproclamé Comzone. Son adjoint, un commandant et 4 autres de leurs complices, après divers crimes et exactions perpétrés sur la paisible population de cette ville et de ses environs viennent d’être rattrapés par la Justice ce 06 Octobre 2013. Arrêtés à Bangassou, puis transférés à Bangui, une enquête est actuellement en cours et ces criminels sans foi ni loi vont être jugés dans les juridictions de notre pays.

 


© rfi.fr
Le ministre de la Justice, Arsène Séndé
Le 09 Octobre 2013, 7 autres criminels, à leur tête, un soit disant Colonel Mahamat Amin, sortis des buissons de Damara, viennent également d’être appréhendés par nos vaillants éléments des forces de défense et de sécurité, qui ont décidé d’en découdre avec les faux ex-Séléka qui continuent d’écumer certains de nos villages et communes en province. Ce faux Colonel, qui s’est installé dans les environs de Damara, régnant en roi dans cette localité, non seulement terrorise les habitants depuis quelques jours mais à fait fuir tous les habitants de plusieurs villages, où les victimes ne vivent que dans la brousse. Il a assassiné son oncle qui est chef du village et qui s’opposait à ses actes. Il a pillé les cases avant de les incendier et brûlé un poste de santé avec tous les médicaments. Des récits faits par les témoins et certaines victimes amenées à Bangui est effroyable, lorsqu’il ressort de ces témoignages que ce monsieur a pointé sa propre mère avec une arme et cette dernière n’a eu la vie sauve que grâce à un miracle divin qui s’est opposé à sa volonté d’ôter la vie à celle-là même qui lui en a donné. Ces actes qui constituent au regard de la loi des crimes contre l’humanité par leur gravité vont être sévèrement punis.

Le procureur de la République et la Section des recherches et d’investigations (SRI) sont à pied d’œuvre depuis le 09 Octobre afin d’accélérer la procédure pour que ces criminels puissent être jugés dans un très bref délai. D’ores et déjà, les Forces de défense et de sécurité sont mobilisées, avec la Justice, pour traquer, jusqu’à leur dernier retranchement, les auteurs et complices de tels agissements. J’invite en conséquence la paisible population de notre pays à signaler toutes autres pratiques de cette nature dont elle serait victime, afin que ces auteurs soient immédiatement interpelés en vue de répondre de leurs actes devant la Justice de notre pays, car notre peuple doit retrouver sa quiétude
».

 



Commentaire


Retour en haut