Archive

Lettre ouverte aux "pseudos " hommes et femme politiques centrafricains de líopposition

Par Mme Pirioua-Ewango Winnie

 

Depuis que la Séléka est aux commandes de notre pays la Centrafrique, je vois des hommes et une femme politique, confortablement installés en France, se lancer dans des diatribes de façon récurrente, pour critiquer "timidement" le régime en place et se positionner en tant que sauveurs du peuple, même s'ils n'ont aucune feuille de route, aucun programme de développement à présenter aux Centrafricains. On se croirait déjà en période électorale... Et je parle des plus courageux! Parce que les autres ont disparu de la circulation...pas un mot sur la gouvernance fantôme du pays...pas un mot sur les exactions commises sur les populations civiles partout sur le territoire... Silence on tue en Centrafrique!

C'est pour cela que, aujourd'hui je vous accuse, vous les pseudos hommes et femme politiques centrafricains de manquement à votre devoir. A quoi servez-vous sur l'échiquier politique?
Mme Pirioua-Ewango Winnie

 

Depuis plus de 24h déjà, circule une information d'une haute importance pour la République Centrafricaine; oui, ça y est, l'opinion publique internationale, par le biais de la France, de l'union européenne et du Conseil de sécurité de l'ONU, va enfin s'assoir autour d'une table, le 22 Septembre 2013, pour évoquer la Centrafrique et trouver un ou des moyens de rétablir l'ordre et la sécurité.
Quelle bonne nouvelle!

Sauf que moi, en tant que citoyenne centrafricaine, je me sens bafouée, humiliée. Pour traiter du sort de mon pays, je ne vois aucun représentant de mon peuple, même pas une instance africaine telle que líOUA, invitée à participer au débat. Pourquoi?

C'est pour cela que, aujourd'hui je vous accuse, vous les pseudos hommes et femme politiques centrafricains de manquement à votre devoir. A quoi servez-vous sur l'échiquier politique? Quand allez-vous vous battre pour le peuple et non pour le fauteuil suprême? Vouloir à tout prix gouverner mon pays implique que vous me démontriez à toute occasion, votre patriotisme, votre attachement à ce pays.

J'exige de vous de prendre la parole pour dénoncer le manque de considération accordée à votre nation. En tant que future électrice je vous demande fermement, de vous adresser au Conseil de Sécurité de líONU pour exiger la présence d'un représentant centrafricain autour de la table ce 22 Septembre. (Ayez donc le courage de nommer M. Doubane pour ce rôle).

Je me permets ici, de parler au nom du peuple centrafricain, ce peuple dont le triste sort m'importe énormément et m'a conduite sur le chemin de l'engagement. Aujourd'hui, je peux vous dire qu'aucun centrafricain ne désire voir des troupes tchadiennes ou soudanaises engagées dans le processus de sécurisation du pays. Il faut le dire, nous ne voulons guère voir nos bourreaux d'hier parmi nos sauveurs de demain. Cela est inacceptable! Que ce soit au niveau de la FOMAC ou de la MISCA, nous refusons la présence de nos bourreaux au sein des futures armées devant nous apporter la paix... Voilà des doléances, que moi, en tant que citoyenne, attend de voir présenter au plus vite à ceux qui doivent se pencher sur le sort de notre pays. Alors je réitère ma question: À quoi servez-vous, hommes et femme politiques de ce pays?

Notre pays survit avec un président fantôme, un gouvernement fantôme, et maintenant une opposition fantôme! Non, non, et non. Une opposition a un rôle politique très fort et primordial dans une démocratie (oui je fais semblant de croire que nous vivons dans une démocratie en RCA...) alors bougez- vous, indignez- vous devant ce genre de situation humiliante! C'est ainsi que vous gagnerez l'estime de votre électorat, certainement pas avec des chèques par ci par là!

La Centrafrique aura besoin de l'aide de la France, de l'Union Européenne, de l'Union Africaine et des Nations Unies pour sortir de ce cauchemar. Mais pour panser petit à petit ses blessures, elle aura surtout besoin d'un peu de respect, de compassion... et la présence des Tchadiens et des Soudanais ne facilitera en aucun cas le processus de deuil et de paix.

Chers hommes et femme politiques, soyez les voix du peuple centrafricain... Je vous exhorte à porter ces doléances devant les grands de ce monde. Engagez- vous pour ce pays, Indignez-vous pour lui, c'est votre pays, défendez- le, protégez- le et faites- en une nation! C'est ce que nous, Centrafricains, attendons de vous. Accomplissez donc votre devoir. Merci.
Patriotiquement.

 



Commentaire


Retour en haut