Archive

Sécurité: les premiers résultats du désarment à Bangui

Un premier compte rendu a été fait ce 05 septembre par le ministre de la sécurité, Josué Binoua

 

Selon le ministre de la sécurité, sur la radio nationale, «suite au bilan de la patrouille de désarmement faite par les forces de défense et de sécurité ce 04 septembre, il y a eu ramassage de 11 armes AK47, un fusil masse 36, 2 fusil RPG7, 12 chargeurs vides, 5 chargeurs garnis, 9 cartouches à blanc et 36 grenades. Nous avons également mis la main sur 182 munitions calibre 7 de 62 mm, 10 munitions calibre 7 de 7 mm et 7 munitions calibre 7 de 8 mm. Il y a aussi les divers effets militaires comme les tenues, les rangers et les ceinturons. Une moto a été prise avec trois personnes armées».

<div align="center"><div class="containerKplayer" style="position: relative;"><div id="kwg_02518146811s" class="kwg_pr" name="kwg_02518146811s" ></div><div id="flash_kplayer_02518146811s" class="flash_kplayer" name="flash_kplayer" data-sig="02518146811s" data-playerkey="176e9eb26305" style="width:400px; height:300px;"><object width="100%" height="100%" type="application/x-shockwave-flash" data="http://sa.kewego.com/swf/kp.swf" name="kplayer_02518146811s" id="kplayer_02518146811s"><param name="bgcolor" value="0x000000" />
<param name="allowfullscreen" value="true" />
<param name="allowscriptaccess" value="always" />
<param name="flashVars" value="language_code=fr&playerKey=176e9eb26305&configKey=63fe7ec60db3&suffix=&sig=02518146811s&autostart=false" />
<param name="movie" value="http://sa.kewego.com/swf/kp.swf" /><param name="wmode" value="opaque" /><param name="SeamlessTabbing" value="false" /><video poster="" height="100%" width="100%" preload="none" controls="controls"></video><script src="http://sa.kewego.com/embed/assets/kplayer-standalone.js"></script><script defer="defer">kitd.html5loader("flash_kplayer_02518146811s","http://api.kewego.com/video/getHTML5Thumbnail/?playerKey=176e9eb26305&sig=02518146811s");</script></object></div></div></div>

 

Le membre du Gouvernement a également ajouté, «le ministre de la sécurité voudrait rappeler à tous ceux qui détiennent encore des armes, par devers eux, de bien vouloir aller les déposer volontairement à la Gendarmerie car líarticle 259 de notre code pénal dit que toute personne qui aura détenu, porté, fait ou tenté de faire usage díarme ou munition de guerre, si elle níest un élément des forces de défense et de sécurité et de forces paramilitaire en mission ou service commandé, ou autorisé à les détenir sera puni de 5 à 10 ans díemprisonnement et díune amende de 5 à 10 millions FCFA. Líarticle 262 du code pénal dit que si les crimes ou délits commis líont été soit de nuit, soit en groupe ou quíils aient causé des blessures, mutilation, infirmité, cécité, mort díhomme ou síils ont été accompagnés, suivis ou précédés díactes de tortures, de barbarie ou de viol, le coupable sera puni de la peine de mort qui níest pas encore abolie dans notre pays».

Des descentes ont eu lieu dans des quartiers du 3ème et 6ème arrondissements, où logeraient de nombreux éléments du Séléka toujours armés et accusés d'exactions. Une campagne de sensibilisation de 11 jours a été lancée par le ministère de Sécurité publique, en vue d'impliquer la population dans ce processus de désarmement. «Tous éléments armés qui tenterons de s'opposer à cette opération salvatrice de désarmement qui démarre aujourd'hui, seront considérés purement et simplement comme des déstabilisateurs du pouvoir et de la nation», avait déclaré Josué Binoua.

<div align="center"><iframe width="420" height="315" src="//www.youtube.com/embed/fwFR-nEL-hI" frameborder="0" allowfullscreen></iframe></div>

 




Commentaire


Retour en haut