Archive

Bangui: le DG du trésor public en prison

Avec d’autres complices, ils sont accusés de détournement, d’escroquerie et de contrefaçon

 

Plusieurs cadres de la Grande chancellerie, le directeur général du trésor public Judes Alex Kette, et M. Mbaye, un joaillier de nationalité sénégalaise croupissent depuis plusieurs jours à la Section de Recherches et d’Investigation de la Gendarmerie nationale (Sri). Selon une information Bêafrika Sango, la détention de ces personnalités arrive à la suite d'une opération de détection des coupables de détournement, d’escroquerie et de contrefaçon.

 


© Diaspora Multimédia & Audiovisuel
Le président Michel Djtodia et Mme lors de la prestation de serment
En effet, la présidence de la République avait lancé un avis d’appel d’offres pour la confection des atours à parer le Chef de l’Etat Michel Djotodia lors de la cérémonie de prestation de serment du 18 août 2013. Il s’agissait du « Grand-Croix », de l’écharpe, le tout décoré en or massif. Le montant de l’offre s’élèverait à six cents millions FCFA (ce montant n’a pas pu être vérifié par Bêafrika Sango auprès des sources dignes de foi.) Le marché a été gagné par un opérateur économique proche de François Bozize. Malheureusement, cette offre lui a été retirée par le directeur général du trésor, M. Judes Alex Kette au motif de son rapprochement avec François Bozize.

De gré à gré, le DG du trésor traitera avec un de ses amis, le joaillier Mbaye qui tient une boutique au centre artisanal de Bangui. Ce dernier n’utilisera pas de l’or pur 24 carats exigé pour mouler les parures, mais une matière qui brille ressemblant à de l’or. Ainsi, Michel Djotodia aurait prêté serment avec de faux attributs. Le pot aux roses découvert, Judes Alex Kette et tous ses complices seront arrêtés et gardés à vue à la SRI pour investigation.

D’après d’autres sources, un riche opérateur économique centrafricain serait impliqué dans cette escroquerie. Mais celui-ci sentant le danger venir, a vite fait de rembourser ce qu’il aurait perçu. Il évitera in extremis la garde à vue.

 



Commentaire


Retour en haut