Archive

Mali: tapis rouge pour IBK

Pour réussir sa mission, le concours de tous les Maliens est indispensable au nouveau président élu qui prêtera serment ce mercredi

 

Ce mercredi, le tout nouveau président malien Ibrahim Boubacar Kéïta prend officiellement fonction après sa prestation de serment. Líhomme entame son magistère avec un préjugé favorable, celui díêtre le président le plus légitime de líhistoire du Mali au regard du taux de participation et le score record du scrutin qui lía porté à la tête de líEtat. Cette belle embellie cache pourtant mal les défis qui jonchent la route de la colline Koulouba quíil va arpenter désormais pendant cinq ans. Le porte-étendard du Rassemblement pour le Mali (RPM) hérite díun Mali presque à terre qui a besoin díune thérapie de choc pour se relever.

 


© Reuters/J.Penney
Accession à la Magistrature suprême
Un homme d'autorité
Cíest díailleurs conscient de cette situation pour le moins chaotique que les Maliens lui ont préféré aux autres candidats à la présidentielle passée, confiants quíils sont, en sa capacité de leur mener à la Ďíterre promiseíí. Plus que jamais la confiance de Maliens se mesure à líaune de leurs attentes. Du pain sur la planche du Kankéletigui qui doit se faire rude pour former un gouvernement compétent. Mais que líon ne se fasse point díillusion. Le nouveau président a beau avoir la volonté de restaurer líhonneur des Maliens et assurer leur bonheur, il níy parviendra que lorsque ceux-ci le voudront et líy aideront. Comme dirait le dicton de chez nous : « on se peut pas raser la tête díune personne en son absence ». Líonction populaire qui síest exprimée en faveur díIBK dans les urnes doit líêtre davantage au quotidien pour soutenir le président et son équipe à répondre à leurs aspirations profondes.

Mettre fin aux vieilles pratiques
Dix ans de pratiques malsaines sur fond de laisser-aller et díune permissivité incroyable, avaient fini de pervertir un bonne partie des Maliens. Comment inverser cette fâcheuse tendance ? Il leur faudra accepter de faire une cure Ďícomportementaleíí, une condition indispensable pour accompagner le président. Les fonctionnaires doivent arrêter de voir en la fonction publique une sinécure et un haut lieu de business, de népotisme, de favoritisme et de corruption. Les acteurs de líécole doivent accepter de ramener líécole à líécole et la sortir des contingences politiques pour lui donner ses lettres de noblesse. Les hommes politiques doivent accepter de mettre líintérêt du pays devant les leurs, personnels et égoïstes. Ils doivent cesser de voir en líEtat une vache laitière pour eux et leurs entourages. Et porter en bandoulière une certaine éthique qui níest du reste pas antinomique à la politique comme pourraient le penser certains. Les juges doivent accepter de sortir de la logique díune justice à deux vitesses qui lèsent les pauvres au profit de ceux qui distribuent à la pelle les espèces sonnantes et trébuchantes. Les acteurs de la santé doivent rendre service en ne perdant pas de vue le serment prêté en obtenant le diplôme. Le changement réside d'abord en un changement de comportement. Cíest à ce prix que les Maliens pourront aider le tout nouveau président à traduire en actes concrets ses promesses de campagne.

Le programme de l'investiture d'IBK
Quatre moments forts vont ponctuer la première partie de la cérémonie d'investiture d'Ibrahim Boubacar Keita, ce mercredi 4 septembre. La passation de service est le premier événement de cette investiture. Elle aura lieu à Koulouba à 9 h heures. Dioncounda Traoré va donc passer le flambeau à Ibrahim Boubacar Keita, au cours d'une brève cérémonie au palais. Deuxième temps fort, la prestation de serment d'Ibrahim Boubacar Keita au Centre International de conférence de Bamako, en compagnie de son épouse Aminata Maiga et de ses proches et militants et tout son staff de campagne. La cérémonie de prestation au CICB aura lieu devant la Cour Suprême et marquera l'entrée en fonction officielle du Président Ibrahim Boubacar Keita. Tous les officiels et diplomates accrédités ainsi que la presse et les invités sont attendus à cet événement majeur. Côté sécurité, un dispositif impressionnant sera déployé et même la presse, habituée à être au-devant, devra se tenir à bonne distance des autorités officielles, précise un membre du protocole présidentiel. Suivra un Cocktail pour célébrer líévénement. Enfin, un dépôt de gerbes de fleurs au Monument de l'indépendance va clore cette cérémonie, en attendant l'autre grande investiture, prévue le 19 septembre, en compagnie d'une vingtaine de chefs d'Etat de la Sous-région et du monde. Y seront attendus, François Hollande ou encore Jacob Zuma, le président Sud-Africain.

 



Commentaire


Retour en haut