Archive

Bangui: les combattants Séléka évacués des postes de police

Líopération a été menée par le Premier ministre et le ministre de la Sécurité Josué Binoua

 

Les deux membres du gouvernement de Transition ce sont rendus dans plusieurs postes de police de la Bangui capitale centrafricaine pour faire évacuer des combattants du Séléka qui avaient pris possession des locaux, selon des sources officielles. Ces évacuations qui se seraient déroulées dans le calme font suite à la décision mercredi 28 août du président de transition Michel Djotodia, d'interdire aux combattants de l'ex-rébellion du Séléka de participer à toute opération de maintien de l'ordre dans la capitale, où ils ont multiplié les exactions contre la population.

 


© journaldebangui.com
Lors de la remise des grades au Camp de la gendarmerie nationale à Bangui
Dans une allocution à la radio nationale hier dimanche, 1er septembre le Premier ministre a demandé aux policiers et gendarmes de prendre possession des locaux évacués. "Je vous demande de reprendre le travail, d'occuper les lieux, afin d'assurer la sécurité des personnes et des biens. La sécurité dans le contexte actuel est une priorité pour notre gouvernement", a déclaré M. Tiangaye. Dans son appel, il a souligné que l'Union Européenne est prête à fournir à la police et à la gendarmerie centrafricaine tous les équipements qu'il leur faut pour le maintien de l'ordre et de la sécurité. Cíest dans cette optique que le ministre de la sécurité publique, Josué Binoua a défendu en face des Conseillers nationaux un budget qui síélève à plus de 2 milliards de francs CFA devant lui permettre de restructurer le corps de la police et équiper son département ministériel.

Le président Djotodia lui-même avait donné vendredi 30 août 2013, le coup d'envoi de l'évacuation des combattants du Séléka des locaux officiels en assistant à leur départ de la direction générale de la police et de l'office central de répression du banditisme (OCRB), où ils interdisaient à la police de travailler. L'opération s'est poursuivie samedi et dimanche dans les commissariats et antennes de l'OCRB de Bangui et de ses environs, ainsi qu'à la caserne des sapeurs-pompiers de la capitale, en présence du Premier ministre et du ministre de la sécurité. Il a par ailleurs été demandé à tous les policiers de se retrouver à l'OCRB du centre-ville pour un contrôle et vérification. Désormais, la police et la gendarmerie sont placées sous tutelle du ministère de la sécurité publique et non de la défense. Ils sont chargés d'assurer l'ordre et la sécurité publique dans la capitale tout en écartant les éléments de la Séléka dans ce processus. Mercredi, 28 août la force africaine en Centrafrique (Misca) avait pris position dans le nord de Bangui, pour neutraliser des combattants du Séléka qui y sèment la terreur et refusent de regagner leurs casernes.

 



Commentaire


Retour en haut