Archive

Centrafrique: la Séléka sévit près des frontières camerounaise et tchadienne

Depuis le 28 août, la petite ville de Ngaundaye, à 210 km de Bozoum (nord-ouest) est plongée dans le deuil

 

Selon des informations remontées du terrain, dans la nuit du mardi août, sept bergers peuls qui se rendaient à Mbaimboum pour vendre leurs búufs ont été attaqués dans les champs des gens du village Makele par des éléments armés se réclamant de la Seleka. Suite à cette attaque, deux bergers peuls sont morts et deux autres ont été blessés. Les trois autres qui ont réussi à s'enfuir ont pu alerter quelques éléments de la Seleka basés à Ngaoundaye et à Bang, car ce sont eux qui remplacent les administrations qui ont toutes été dissoutes. Ces derniers ont effectué leur descente sur le lieu de líagression .Mais les malfaiteurs se sont sauvés avant l'arrivée des éléments de la Seleka.

 


© sangonet.com
Image d'illustration
Comme l'incident s'est produit non loin des champs des gens du village Makele, les éléments de la Seleka qui sont descendus sur le terrain ont commencé à faire le tour de ces champs dans l'espoir de tomber sur d'éventuels suspects du meurtre. Mais force est de constaté que cette descente síest transformée en opération punitive. Selon les informations revenues auprès du père Aurelio de la paroisse de Bozoum, ces éléments de la Séléka ont abattu froidement sept paysans qui vaquaient tranquillement à leurs occupations et ont fait deux blessés. En plus de cette horreur, ils ont incendié neuf cases. Parmi les sept morts, il y avait un qui était propriétaire de cinq búufs et il avait trois cent mille FCFA qu'il gardait soigneusement, car à la fin de la saison des pluies, il comptait se construire une maison en tôles. Les Selekas ont tout pris et même ses cinq búufs ont été emportés.


 



Commentaire


Retour en haut