Archive

Centrafrique: les vols vers Bangui pourraient reprendre ce jeudi

Ils ont été suspendus parce que des milliers de civils de la capitale ont envahi et se sont réfugiés à l'aéroport international de Bangui

 

«Ils sont venus parce qu'ils avaient peur», a expliqué un responsable de la mission régionale de maintien de la paix installée à l'aéroport, en précisant que les soldats internationaux ont été contraints d'intervenir pour empêcher les rebelles de continuer à sévir. En effet, les habitants du quartier Boeing, proche de l'aéroport de M'poko ont commencé à fuir leur habitation dès mardi soir lorsque les rebelles ont tiré des coups de feu. Ils ont trouvé refuge à l'aéroport provoquant une perturbation du trafic aérien et empêchant certains appareils d'atterrir. «Il n'y a pas eu de morts, seulement quelques blessés», a annoncé Josué Binoua, le nouveau ministre de la Sécurité et de l'Ordre public, précisant que le tarmac avait été évacué et que les vols vers Bangui reprendraient normalement jeudi.

 


© france24.fr
Un soldat observe les habitants du quartier Boeing qui ont investi l'aéroport
L'insécurité reste un défi pour les nouvelles autorités de transition en RCA. C'est à la radio nationale centrafricaine que l'information a été donnée aux populations. Les trois cents agents de sécurité sont composés de policiers, gendarmes et de membres de la force internationale de soutien en Centrafrique ont été déployé sur le terrain. Ils remplacent sur le terrain les anciens éléments de la coalition rebelle Séléka à qui ordre a été donné de rejoindre leur base. Le quartier de Boy Rabé a ainsi été rapidement repris en main. Mais cette nouvelle disposition peine à convaincre les populations. Contacté par la Deutsche Welle, le tout nouveau ministre de la Sécurité, le pasteur Josué Binoua, a fait savoir que « la population a souhaité que ce soit la police et la gendarmerie qui assurent désormais le maintien d'ordre et le rétablissement d'ordre. Le conseil national de sécurité présidé par le président de la République vient de rendre publique la décision qui va dans ce sens. Mais les habitants ne sont pas encore convaincus. Nous sommes en pourparlers actuellement avec eux.]» En effet, malgré les interventions de Mme le maire de Bangui et celle de líarchevêque, elles hésitent à lever le siège de líaéroport de Bangui.

 


© france24.fr
les habitants de Boeing ne se sentent plus en sécurité dans leur quartier
L'insécurité touche particulièrement les quartiers situés dans le nord de Bangui, réputés fiefs du président renversé. Mais à l'intérieur du pays également, de nombreux barrages illégaux seraient érigés, bloquant l'acheminement des vivres aux populations. Ce níest pas trop de dire que la RCA s'enfonce peu à peu dans le chaos depuis que les insurgés ont investi Bangui au mois de mars, renversant le président François Bozizé et provoquant une vague de violences que le nouveau dirigeant du pays Michel Djotodia ne parvient plus à endiguer. Les propos du nouveau ministre de la Sécurité sont peut-être accueillis comme un geste de bonne volonté. Mais sa tâche s'annonce difficile. «La Seleka ne se laisse pas contrôler par de simples déclarations d'intention », résume un observateur. «Nous ne leur imposons rien du tout», il ne s'agit que d'une répartition des rôles, a d'ailleurs précisé Josué Binoua.

 

<div align="center"><iframe width="420" height="315" src="//www.youtube.com/embed/gsywBBPPnwo" frameborder="0" allowfullscreen></iframe></div>

 

Cinq mois après le coup d'Etat, la coalition reste divisée entre des groupes, parfois rivaux, et qui ne répondent qu'à leur chef direct. Par ailleurs, les opérations de désarmement entamées en juillet dernier se sont brutalement arrêtées il y a quelques semaines, confie, inquiète, une source diplomatique à RFI. Quant à la police et à la gendarmerie, elles ont, il est vrai, timidement repris leurs patrouilles à Bangui mais elles manquent cruellement de moyens. L'armée centrafricaine, elle, est entièrement à reconstruire.


Commentaire


Retour en haut