Archive

Centrafrique: la France renouvelle son soutien à la MISCA

Paris travaille avec les membres du Conseil de sécurité, à un projet de résolution pour soutenir ces efforts de stabilisation et renforcer l'action des Nations unies

 

Le ministère français des Affaires étrangères a annoncé mercredi que la France renouvelle son soutien à la Mission internationale de soutien à la Centrafrique sous conduite africaine (MISCA), face à la dégradation de la situation sécuritaire et les exactions perpétrées contre la population civile. «Le président de la République a rappelé hier la gravité de la situation en Centrafrique et souligné les responsabilités qui incombent à l'Union africaine et au Conseil de sécurité», a indiqué le porte-parole du Quai d'Orsay, Philippe Lalliot, lors d'un point de presse.

 


© partiantisioniste.com
Le porte-parole du Quai d'Orsay, Philippe Lalliot
La France «salue les initiatives des Etats de la Communauté économique d'Afrique centrale et de l'Union africaine pour parvenir à une sortie de crise durable en RCA. Comme l'Union européenne, la France a renforcé son assistance dans le domaine humanitaire», a précisé le porte-parole. Il a par ailleurs souligné que la France travaille avec les membres du Conseil de sécurité, en liaison avec ses partenaires africains, à un projet de résolution pour soutenir ces efforts de stabilisation et renforcer l'action des Nations unies, «en particulier pour appuyer une transition politique conforme aux attentes de la communauté internationale, mieux garantir le respect des droits de l'homme et améliorer l'accès humanitaire aux populations». «Nous souhaitons que ce projet puisse être présenté à New York dans les prochaines semaines», a-t-il ajouté.

 

Hier mercredi 28 août, la force africaine en Centrafrique (Misca) a pris position dans le nord de Bangui pour neutraliser des combattants de l'ex-rébellion Séléka qui y sèment la terreur et refusent de regagner leurs casernes. Selon le ministre de la Sécurité, au total 300 hommes de la Misca, des policiers et des gendarmes centrafricains ont pris position à Boy-Rabé, un quartier de cette zone, pour tenter de rassurer une population effrayée par les exactions des combattants, qui les accusent de posséder des caches díarmes. Depuis sa prise de pouvoir, Michel Djotodia ne cesse de proclamer sa volonté de caserner et désarmer les combattants de la coalition hétéroclite de mouvements rebelles et de groupes armés qu'il a fédérés autour de sa personne. En vain jusque présent et les témoignages d'exactions dans la capitale et en province par des «éléments incontrôlés» ne cessent de s'accumuler.


Commentaire


Retour en haut