Archive

Bangui: Boy-Rabe toujours sous tension

Des cas de fouilles et de pillages continuent d'être signalés, et des tirs auraient été entendus dans ce quartier du 4ème arrondissement de la capitale

 

Alors que le bilan de la première expédition de désarment menée dans le quartier de Boy-Rabe a fait une dizaine de morts et des blessés il y a quelques jours, les éléments de la coalition Séléka leur opération. Selon une information RFI, des cas de pillages et de destruction des maisons ont encore été constatés dans cet arrondissement, fief de François Bozizé. Des coups de feu auraient même été entendus dans la nuit de lundi à mardi 27 août sans que líon sache qui en sont les auteurs. Certains habitants, ceux qui sont restés après la première incursion, se sont décidés à partir finalement vers la localité de Cité Jean XXIII, également dans le 4ème arrondissement. Selon des indiscrétions, les éléments de la Séléka entendent ainsi maintenir leur position, alors que le ministre de la Sécurité publique, M. Noureldine Adam vient díêtre limogé de ses fonctions.

 


© ugo.cn/photo
On pensait le calme revenu à Bangui!
Le pasteur Pascal Guerekoyame, président de l'association des églises évangéliques de Centrafrique, s'est insurgé contre les exactions que continuent de commettre les hommes en arme sur la population civile et demande aux autorités de prendre leur responsabilité. Avec l'archevêque de Bangui, Monseigneur Dieudonné Nzapalaïnga, ces deux religieux sont les seules personnalités qui ont publiquement dénoncé les exactions de la Séléka sur la population civile. Jusqu'ici aucune déclaration n'a été faite par le gouvernement centrafricain. Au cours d'un point de presse au mois du juillet dernier, le représentant du secrétaire général de l'ONU en Centrafrique, M. Babacar Gaye a lancé un appel aux autorités du pays à prendre leurs responsabilités face à l'ampleur de la violence.

 



Commentaire


Retour en haut