Archive

«I Löndö!» («Levons-Nous!»): un fonds de dotation face à la crise centrafricaine

Il a été constitué il y a quelques mois, à l’initiative d’une vingtaine de ressortissants centrafricains

 

Dans la note explicative parvenue à la rédaction de journaldebangui.com, l’objectif du fonds de dotation est de soutenir les efforts de restauration de la sécurité en R.C.A. et de développer des projets à portée sociale. C’est dans ce sens que l’équipe dirigeante a alerté les organismes internationaux et les pays partenaires, notamment l'ONU, l'Union Africaine, La France, La CEEAC, l'Afrique du Sud et l’Union Européenne, par de nombreux courriers sur l’urgence de la crise. Elle s’est aussi évertuée à apporter des propositions de solution au niveau exigé par la situation. Dans sa démarche, le fonds de dotation a adressé une lettre à M. Nicolas Tiangaye, le Premier Ministre Centrafricain.

 


© journaldebangui.com
La lettre revient succinctement sur le constat établi par tous, que «la lutte contre les éléments incontrôlés de la SELEKA est devenue la priorité car cette crise interne a entraîné le blocage de la lutte contre la LRA et engendré l’entrée d’éléments djihadistes dans le pays». Les risques identifiés étant que l’Afrique soit devenue une zone de prédilection pour les réseaux djihadistes proches ou s’inspirant de la mouvance Al-Qaïda: Aqmi, Le Mujao ou encore Boko Haram. En effet, poursuit le document, ces derniers déjà présents au Soudan, au Nigéria et après avoir investi le Mali sont en train de vouloir s’implanter en Centrafrique.

C’est pourquoi le Fonds «I Löndö!» demande aujourd’hui, au gouvernement centrafricain et au Conseil National de la Transition de proposer une feuille de route nationale allant dans le sens du renforcement des capacités des forces de sécurité nationale et de proposer une solution de financement de la part de la République Centrafricaine. il veut par ce positionnement, affirmer la détermination du mouvement à œuvrer et à contribuer à l’atteinte du retour de la sécurité en République Centrafricaine. Au travers du fonds de dotation «I LÖNDÖ!» nous sommes disposés à travailler de concert avec toutes les parties qui pourraient nous soutenir dans notre démarche. Pour cela et dans un premier temps, nous avons fait appel à la communauté centrafricaine afin de collecter des fonds que nous mettrons à la disposition des organismes tels que le GIC-RCA en charge du financement des opérations militaires internationales. Nous pensons qu’aucune solution efficace ne peut être trouvée en dehors des instances internationales que nous sollicitons en première intention. (…) Nous n’excluons pas le dialogue direct avec les mercenaires de la SELEKA dont la seule motivation est l’appât du gain. Nous précisons que notre action est civique. Nous n’entendons pas nous substituer aux organes représentatifs de la République Centrafricaine avec qui toutes les démarches directement liées à la souveraineté nationale devront être conduites peut-on lire dans le document rendu public.

L’équipe dirigeante n’a pas manqué de saisir divers médias car prévient-elle, en raison de la faible médiatisation de la crise centrafricaine, le monde risque de se réveiller une nouvelle fois trop tard, face à un foyer djihadiste au cœur de l’Afrique. Le dossier est accompagné de photos très expressives sur les 206.000 déplacés internes, les 49.000 réfugiés qui ont fui la RCA et les 2,3 millions d’enfants affectés par la crise politique sociale et humanitaire en Centrafrique.

 



Commentaire


Retour en haut