Archive

Centrafrique: Le 4ème Arrondissement de Bangui assiégé par la Séléka

Une centaine d'éléments de la Séléka lourdement armés est postée depuis le 18 août 2013 au niveau du Lycée Barthélémy Boganda à Bangui

 

Officiellement, l’accès au quartier Boy-Rabe a été fermé, à cause de la prestation de serment du président de la transition, Michel Djotodia, le 18 août à Bangui. Mais les entrées sont restées fermées, jusqu’à ce 19 août dans la matinée et la situation selon le RJDH, commence à être inquiétante. La coalition Séléka a déployé un important dispositif militaire à l’entrée du quartier. Un check-point de contrôle a été installé. Les éléments de la Séléka, lourdement armés, verrouillent également les ruelles, menant à Boy-Rabe. Les véhicules et autres engins à deux roues n’ont toujours pas pénétré la zone. Tous les passants sont fouillés. Une psychose généralisée gagne la population. Le trois quarts des habitants de ce quartier réputé proche de l’ancien président François Bozizé, a déjà évacué la zone, à cause des rumeurs d’attaque des éléments de la Séléka.

 


© bozoumfr.blogspot.fr
Le quartier de Boy-Rabe en état de siège
Les raisons de l’incursion dans cette localité
Aux premières heures du dimanche de la prestation de serment de Michel Djotodia, des tirs à l’arme automatique et au lance-roquette ont été entendus dans la localité et dans certains coins de Bangui. Le bilan provisoire fait état d’un mort et de deux personnes blessées. Les jeunes de Boy-Rabe, ainsi que les anciens rebelles de la Séléka se rejettent la responsabilité des tirs. Un officier de la Séléka a confié au RJDH que l’accès à ce quartier était fermé, à cause de la prestation de serment du président de transition. Il devait l’être, jusqu’au retour des invités de la cérémonie, notamment le président tchadien Idriss Deby Itno et le congolais Dénis Sassou Nguesso. Ceux-ci étaient déjà de retour, le lundi 19 août, mais le dispositif militaire s’est renforcé davantage, à l’entrée de Boy-Rabe.

Un quartier suspect
Le quartier de Boy-Rabe est le fief de l’ancien président François Bozizé, qui était également le député de 4ème arrondissement, jusqu’à sa chute, précipitée par la coalition Séléka, le 24 mars dernier. En arrivant au pouvoir, les leaders de la Séléka suspectaient ce quartier, d’être toujours pro-Bozizé. L’ancien patron de la Séléka et le président de la transition Michel Djotodia, n’ont toujours pas cessé de dire dans des occasions qu’avant son départ «Bozizé avait préparé un génocide, en distribuant plus de 2 000 armes de guerre aux jeunes». D’après Michel Djotodia, la majorité de ces armes se trouve dans le quartier de Boy-Rabe.

 



Commentaire


Retour en haut