Archive

Quai d'Orsay: une réunion était consacrée à la Centrafrique

Alertée par plusieurs sources sur la situation de crise dans le pays, la France espère convaincre le Conseil de sécurité des Nations unies de muscler la force sous régionale

 

Cíétait le 30 juillet dernier, au ministère des Affaires étrangères à Paris la capitale de la France. «Il serait choquant de ne rien faire en Centrafrique, après tout ce qu´on a fait au Mali», a estimé un décideur français qui participait au centre de crise du Quai d'Orsay à une réunion consacrée à ce pays. Y participaient, entre autres, Hélène Le Gal, conseillère du président français, le colonel Pierre Schill, de l´état-major particulier de l´Élysée, Alexandre Ziegler, le nouveau directeur de cabinet de Laurent Fabius, le ministre des Affaires étrangères, et le colonel Thierry Marchand, du cabinet militaire de Jean-Yves Le Drian, le ministre de la Défense.

 


© paris1900.lartnouveau.com
Le siège du ministère français des Affaires étrangères
«L´initiative est venue de Hollande lui-même», confie líinterlocuteur. Le président a notamment été alerté par deux sources. D´abord, Kristalina Georgieva, la commissaire européenne à la Coopération internationale, qui, de retour de Bangui, a écrit à toutes les chancelleries européennes pour dénoncer «un pays au bord du gouffre et en voie de somalisation, où l´on croise encore des combattants étrangers». Ensuite, Mgr Luc Ravel, l´évêque aux armées françaises, qui a transmis à l´Élysée le cri d´alarme lancé par l´Église catholique de Centrafrique. «Dans le nord de ce pays, il y a un risque jihadiste», estime la source. À l´issue de la réunion au Quai, la France a décidé de convaincre les membres du Conseil de sécurité des Nations unies (qui reçoit ce jour le rapport du Secrétaire général Ban Ki-Moon) de la nécessité de muscler la petite force sous régionale de 1 300 hommes qui campe à Bangui. Elle espère qu´un sommet sur la RCA pourra se tenir fin septembre à New York, en marge de l´Assemblée générale de l´ONU.

 



Commentaire


Retour en haut