Archive

Bangui: Maurice Yondo demande le retrait de la pétition de la société civile

Le porte-parole de la présidence de la République síest prononcé sur les antennes de la radio nationale

 

Le Porte-parole de la Présidence de la République, Maurice Yondo a demandé à la Société Civile de retirer la pétition quíelle a mise en circulation pour défaut de consultation préalable des autres entités impliquées dans la transition, dans une déclaration sur les ondes de la radio nationale. Aux dires du porte-parole, les principes de líEtat de droit ne permettent pas que líon ferme les yeux sur les agitations de nature à raviver inutilement la tension sociale comme le fait la Société Civile avec sa pétition. Pour lui, «au moment où tout le peuple centrafricain attend avec impatience le déploiement rapide des forces de la Mission Internationale de Soutien à la République Centrafricaine (MISCA) et líactivation du fonds fiduciaire mise en place par la Communauté Internationale afin de faire face aux urgences du pays notamment le paiement de salaire et autres, la société civile síillustre à une pétition qui níexplique rien díautre que sa volonté de jeter líhuile sur le feu».

 


© capital.fr
La présidence de la République de Centrafrique
Il convient de rappeler que la Société civile avait lancé une pétition en vue díobtenir au moins cinq cent mille signataires aux fins díexiger aux autorités de la transition le retrait immédiat des éléments tchadiens des forces multinationales chargées du désarmement et de la sécurisation du pays, et solliciter, un appui technique et financier auprès de la communauté internationale pour la sécurisation et la pacification de la Centrafrique.

Selon Maître Marie Edith Douzima, une des leaders de la société civile ; les signataires de la présente pétition exigent entre autres aux autorités de la transition: le rétablissement des libertés fondamentales, líarrêt immédiat des exactions notamment, les viols des mineurs et violences basées sur les femmes, des assassinats et meurtres, les actes de torture et les traitements cruels, les enlèvements, les arrestations arbitraires et séquestrations. Elle a demandé le respect sans condition des dispositions de la charte constitutionnelle de transition, la poursuite des auteurs présumés des graves violations des droits humains dans un bref délai et la convocation urgente díune concertation nationale de toutes les forces vives sur les graves questions que soulève la condition actuelle de la transition.

 



Commentaire


Retour en haut