Archive

Les obstacles à la restructuration de líarmée centrafricaine

Líarmée centrafricaine est grabataire. Elle souffre de la «selekamania» suite à líinjection de la «selekaïne»

 

Elle souffrait de brutalités, tracasseries et incivisme; elle se livre à des actes humiliants et dégradants sur les populations, soumet les populations à líesclavage sur leur propre territoire; tue, pille, viole et détruit les maisons et les biens des populations de façon impunie; se livre à des actes odieux et criminels. Le recrutement de son personnel se fait toujours sur des bases claniques, népotistes et tribales. Cíest une armée qui souffrait aussi de problème de formation, de moyen logistique, de sous-effectif; elle fuit à líavancée des rebelles. Des mesures nécessaires ont été prises pour soigner cette armée. Mais avec la prise de pouvoir de la rébellion coalisée Seleka, les maux de cette armée se sont accentué rendant trop grave líétat de la santé de líarmée. Elle est grabataire. Elle a contracté la maladie de «selekamania» suite à líintroduction de la substance dénommée «selekaïne.» Cíest une armée composée actuellement, dí«un mélange des éléments de la coalition Séléka avec les forces régulières». Cíest là où se trouve le plus grand obstacle: Comment restructurer une armée composée dí«un mélange des éléments de la coalition Séléka» non désarmés avec les forces régulières pour avoir une armée centrafricaine?

 


© journaldebangui.com
M. GOLO Yves Gatien est Expert-Analyste en Paix et Sécurité Internationale
Une armée centrafricaine est une armée où on y rentre quand on est de nationalité centrafricaine, ayant atteint líâge de maturité, et quand on est admis au concours organisé à cette fin. Après une période de crise-militaro-politique comme le coup díétat chez nous, il faut díabord procéder obligatoirement au désarmement, démobilisation et réinsertion des ex-combattants. Cíest dans ce processus que certains ex-combattants ayant remplis les conditions díincorporer líarmée peuvent faire valoir leur aptitude et rentrer dans líarmée centrafricaine pour suivre la formation commune de base. Or ce «mélange des éléments de la coalition Séléka» qui a déjà intégré líarmée centrafricaine nía pas encore subi de DDR. Ce qui pose de réel problème.

A cela síajoute le rappel de certains éléments de líarmée qui ont été radiés de líarmée centrafricaine pour des raisons que nous ignorons : indiscipline, inaptitude, líâge de la retraite, manque de professionnalisme ?

Aucun partenaire financier et bailleur sérieux ne peut accepter de financer de telle restructuration dont les résultats ne seront pas atteints.

Pour pallier à ces obstacles je conseille au gouvernement centrafricain de procéder díabord au DDR de ce «mélange des éléments de la coalition Séléka», identifier quelques éléments valides, les incorporer dans líarmée selon le quota qui leur sera attribué. Aussi de revoir minutieusement les dossiers des gens rappelés dans líarmée. Cela doit passer par la création díun programme Présidentiel díUrgence Militaire. Il est à rappeler que la restructuration de líarmée est un processus politique et technique qui touche à líappareil sécuritaire du pays et qui nécessite beaucoup du sérieux, de la diplomatie, de la capacité managériale et de la technicité.

 



Commentaire


Retour en haut