Archive

Congo: accord de partenariat entre Air France et Air Cémac?

Les deux parties ont échangé globalement sur les «modalités de décollage» de la compagnie aérienne régionale

 

Le ministre congolais des Transports et de líAviation Civile, Rodolphe Adada, a eu une séance de travail mercredi dernier, à Paris, avec Air France, le partenaire technique de la compagnie aérienne de la Cemac, en vue de «finaliser líaccord de partenariat», indique un communiqué officiel exploité par plusieurs médias internationaux. Díaprès lesdits médias, les deux parties ont échangé globalement sur les «modalités de décollage» de la compagnie aérienne régionale.

 


© afp
Air France
La compagnie Air Cemac a été fondée par décision des chefs díÉtat de la Cemac. Le siège de la compagnie a été fixé à Brazzaville. Il a été construit aux frais de l'État congolais et inauguré le 7 mars 2013. Le lancement de la compagnie nécessitant d'importants moyens financiers et logistiques, des négociations ont été engagées avec Royal Air Maroc, Sn Brussels et South Africa Airways (SAA), mais elles n'ont pas abouti. L'échec avec SAA, en 2010, résulte d'une divergence de vue sur l'implantation du hub díAir Cemac. SAA considérait qu'il était économiquement plus pertinent de l'installer à Douala, capitale économique du Cameroun et de la sous-région, alors que les chefs d'État de la Cemac ont estimé qu'il devait être à Brazzaville.

À la suite de ces échecs, des pourparlers ont été engagés avec Air France, en 2012. Toutefois, ces dernières ont du mal à aboutir du fait de deux points de blocage. Díabord Air France demande que la compagnie Air Cemac dispose du monopole du trafic régional, dans les six pays membres de la Cemac et que les compagnies nationales ne puissent assurer que les liaisons internes à chaque État. Ensuite, la compagnie aérienne française demande un tiers du capital d'Air Cemac, afin de disposer d'une minorité de blocage qui la prémunirait contre toute décision stratégique pouvant compromettre l'avenir de la société.

Du fait de ces péripéties, le capital initial (10 milliards de FCFA) apporté par les États membres de la Cemac ont été presque dépensés, sans qu'un avion de la compagnie níait volé. Après la réunion du conseil d'administration de la compagnie, le 7 mars 2013 à Brazzaville, le premier vol a été annoncé pour «avant la fin de l'année 2013».

 



Commentaire


Retour en haut