Archive

21 juillet 2013: Journée internationale de la prière pour la paix en Centrafrique

L’initiative a été lancée par les Carmes déchaux de Ligurie (Italie), qui gèrent cinq missions en République centrafricaine

 

Au vu de la situation dramatique qui sévit en République centrafricaine, l’œuvre internationale de bienfaisance catholique « L’Aide à l’Église en détresse » invite à une journée internationale de prière pour la paix. L’initiative a été lancée par les Carmes déchaux de Ligurie (Italie), qui gèrent cinq missions en République centrafricaine.

Des congrégations et «tous les croyants de bonne volonté» dans le monde entier étaient invités à participer à cette journée de prière. La Sainte Messe était célébrée dans beaucoup d’églises d’Italie, de Centrafrique et de nombreux autres pays en communauté avec la mission en République centrafricaine, dans le but «de supplier Dieu qu’il veuille bien donner la paix à la République centrafricaine, où l’Église catholique souffre à cause de la profanation de ses sanctuaires, des vols et des pillages dans ses paroisses, ses missions, ses établissements scolaires et centres de soins», comme l’explique le Père Davide Sollami dans un entretien avec «L’Aide à l’Église en détresse». Cela fait déjà plusieurs mois qu’un véritable «marathon des prières» se déroule au Carmel de Bangui, la capitale de la République centrafricaine.

 


© journaldebangui.com
Le Père Sollami (g) Christine du Coudray (d)
Le Père Sollami raconte: «Les missionnaires vivant en Centrafrique ont fait l’expérience que la population les aime. Nul n’a trahi les religieux face aux rebelles. Depuis le début de la guerre, les églises sont de plus en plus pleines, un nombre croissant de gens y viennent pour prier. Si nous participons tous, notre prière s’élèvera en chœur vers Dieu, et ce sera une journée de communion entre nous qui souhaitons collaborer à Sa paix.»

Christine du Coudray, responsable pour l’Afrique auprès de «L’Aide à l’Église en détresse», explique: «[i Si la politique semble faire la sourde oreille face à tous les appels à la raison, nous autres chrétiens croyons que notre détresse et notre cri serons entendus par la Vierge Marie et Son fils. Nous participons avec une infinie confiance à cette journée de la prière pour la Centrafrique et invitons tout le monde à nous rejoindre. Deus semper maior (Dieu toujours plus grand)!»

Depuis que les rebelles de la Séléka ont pris le pouvoir le 24 mars 2013, la République centrafricaine sombre de plus en plus dans le chaos. Les institutions de l’Église, en particulier, souffrent des pillages et des exactions des rebelles. Comme des cercles ecclésiastiques le rapportent fréquemment, on observerait également une islamisation croissante du pays. «L’Aide à l’Église en détresse» avait récemment alloué à l’Église catholique de Centrafrique un nouveau soutien d’urgence de 218,438.00USD

 



Commentaire


Retour en haut