Archive

Célébration: Vers une Economie émergente au Burkina 50 ans après

Les cérémonies du cinquantenaire de l’Indépendance se sont déroulées à Bobo-Dioulasso, la capitale économique du pays

 

Le 11 Décembre
En ce 11 Décembre, le Burkina Faso est ainsi le dernier des dix-sept pays africains a célébré de cette année son cinquantenaire, fermant ainsi le calendrier des célébrations en Afrique de l’ouest. Mais dès 2011 un certain nombre de pays d’Afrique de l’est célébreront aussi leur cinquantenaire. La cérémonie de commémoration a commencé sur le boulevard de l’indépendance de Bobo-Dioulasso avec une chorégraphie faisant revivre en partie l’histoire récente du pays, avec des flashbacks rapides sur la période coloniale, des indépendances, devant un parterre de chefs d’état dont: les présidents Ali Bongo du Gabon, Amadou Toumani Toure du Mali, Ellen Johnson Sirleaf du Liberia, Faure Eyadéma du Togo, Denis Sassou Nguesso du Congo, Idriss Deby du Tchad, le sénégalais Abdoulaye Wade et Théodoro Obiang Nguema de Guinée Equatoriale. Le défilé officiel a commencé avec la séquence civile notamment avec les passages des représentants des trente–trois provinces du Burkina. Ce qui est frappant c’est qu’il y avait comme une parité hommes –femmes à ce défilé où tous était en uniformes. Un défilé haut en couleur et bien agencés. Ensuite on a eu droit à un défilé des personnels a pied des différents ministères…

 


© lesafriques.com
Sya, capitale économique
Pour l’occasion la ville de Sya, nom originel de la ville de Bobo-Dioulasso à sa création il y a quelques siècles a ete rénovée de fond en comble… Plusieurs villas ont été construites dans le quartier résidentiel de la ville pour recevoir les nombreux invités et délégations étrangères. Plusieurs monuments ont été édifiés et des routes rénovés, et bitumés… Beaucoup d’initiatives ont donc été prises à cette occasion du cinquantenaire pour redynamiser une ville dont le slogan ces dernières années pour les habitants étaient: « Bobo se meurt ». Plusieurs actions concrètes ont été prises pour redynamiser le commerce, l’industrie et les affaires de cette ville, jadis poumon économique du pays des hommes intègres. Ces vingt dernières années, de grandes entreprises de Bobo ont fermés essentiellement souvent à cause des concurrences des produits qui entrent frauduleusement sur le territoire national. Ainsi la Sifa, qui depuis les années 60 étaient une entreprises de référence dans la fabrication de vélos, et de motocyclettes au Burkina, a mis un terme a ces activités il y a quelques années face à l’importation massive des produits d’Asie. La Citec une huilerie n’a pu résister à la concurrence illicite des produits entrés frauduleuses sur le territoire nationale que grâce à ses ramifications internationales…

 


© afriscoop.com
Le président Blaise Compaoré
Mais le potentiel économique de la ville reste potentiellement important. Il faut rappeler que la ville est au carrefour de plusieurs grands axes routiers sous-régionaux conduisant vers les pays limitrophes: notamment, Bouaké en Cote d’Ivoire et Sikasso au Mali. Par essence ville commerciale Bobo-dioulasso a toujours été une ville ouverte aux influences extérieures, un melting pot de cultures ouest-africaines qui a toujours fait sa réputation. De nombreuses communautés ivoirienne, malienne, ghanéenne, nigériane, guinéenne, nigérienne, béninoise et togolaise et même sénégalaise y vivent fondus parmi les populations dans une cohabitation pacifique, ou le Diatiguiya ( Téranga, Akwaba) est vécu de façon vivace. On trouve aujourd’hui encore dans cette capitale économique burkinabè, des usines de pneumatiques, brasserie, savonnerie, et usines de fibres et textiles, et bien d’autres…

Le défilé militaire
Le défilé militaire sera comme une communion sous-régionale magnifiant la bonne entente sous-régionale malgré l’accroc que pose le problème ivoirien qui somme toute reste une affaire interne. Plusieurs troupes militaires des pays amis et voisins ont pris part à ce défilé.. La fanfare de la marine ghanéenne a proposé des figures symbolisant les 50 ans d’indépendance du pays. D’autres fanfares militaires venues du Togo, et du Benin ont animé ce défilé. Un défilé mené à une cadence soutenue et martiale, qui a permis de voir l’habileté de l’escadron motorisée de l’escorte présidentielle qui a gratifié le public de passage acrobatique. Le président du Faso Blaise Compaoré a rappelé à la fin de ce défilé, que son action pour les années futures sera bâti autour du thème «Pour un Burkina émergent», en comptant sur le potentiel humain du pays qui sera renforcé en mettant l’accent sur l’éducation, la santé de tous, afin que le pays puisse continuer à avancer à un rythme soutenue sur la voie de son développement.


Commentaire


Retour en haut