Archive

Sécurité: Michel Djotodia recrute des retraités français très spéciaux

Pour assurer sa protection et être conseillé dans ce domaine stratégique de la sécurité et la stabilisation du territoire centrafricain

 

Líinformation est disponible sur le site Jeuneafrique.com qui rappelle quíalors que la Centrafrique s'enfonce chaque jour un peu plus dans le chaos, une vingtaine d'agents de sécurité privés et français seraient arrivés à Bangui, pour se mettre parait-il, au service du président de transition, Michel Djotodia. «On ne peut pas se satisfaire d'avoir à Bangui des mercenaires français», lâche un décideur parisien après l'arrivée en Centrafrique d'une vingtaine d'agents de sécurité privés, dans un contexte où l'autorité de l'État a disparu relate Jeuneafrique.com

 


© AFP/ISSOUF SANOGO
Des «chasseurs de primes» en Centrafrique?
Commandés par Jérôme Gomboc, un ancien du 3e régiment de parachutistes d'infanterie de marine (3e RPIMa), ces «chasseurs de primes» - comme on les appelle aussi à Paris - assurent entre autres la protection rapprochée de Michel Djotodia, le nouvel homme fort du pays, au camp de Roux. Depuis quelques jours, l'ambassade de France à Bangui tente de convaincre ce dernier de les renvoyer. Elle cherche aussi la faille juridique dans le contrat conclu avec ces retraités très spéciaux de l'armée française. Mais ceux-ci appartiennent à une société, Roussel G-Sécurité, immatriculée dans l'État du Delaware, aux États-Unis. «On n'a aucun moyen de pression sur eux», reconnaît-on à Paris. Ainsi, les sociétés de sécurité privées françaises ont encore de beaux jours devant elles en Centrafrique, un pays très loin d'être stabilisé.

 



Commentaire


Retour en haut