Archive

Transaction: Télécel Centrafrique a trouvé un preneur

Avec la filiale burundaise, elles coûteront plus de 75 millions d'euros aux acquéreurs

 

En vente depuis le rachat de leur maison mère, Orascom, par le groupe Vimpelcom, les filiales burundaise et centrafricaine de Telecel Globe ont trouvé preneur pour un montant supérieur à 75 millions d'euros. Ces filiales étaient les premières parmi celles que le groupe égyptien a décidé de céder après son rachat par le groupe russe Vimpelcom. Orascom Telecom Holding poursuit actuellement la cession díautres de ses filiales comme Telecel - Zimbabwe.

 


© journaldebangui.com
Vendu!
A propos de telecel
Avec un capital de 9 500 000 000 FCFA, Telecel-centrafrique était, avant le coup de force du 24 mars 2013, plus quíimportante dans líéconomie actuelle Centrafricaine. Telecel-centrafrique avait un fort ancrage à Bangui, présente dans 52 autres villes de la RCA et représentait 50% de part de marché de téléphonie mobile avec près de 500 000 abonnés. Telecel regroupait un réseau de distribution comprenant plus de 15 distributeurs et de 5 000 revendeurs. Elle gèrait un service clientèle avec 8 agences à líéchelle nationale, un call center et un service corporate pour entreprise. C'était un acteur incontournable du paysage économique actuel de Centrafrique, au-delà des emplois directs créés, telecel, à elle seule, assurait 50% des revenus des revendeurs. Cette part de marché tinait au développement continuel de ses infrastructures au service díune clientèle diversifiée, stoppée net par les pillages, les dévastations et autres saccages. Que reste-t-il après le 24 mars.

Niel Telecom
Telecel Centrafrique fasait partie du groupe Orascom Telecom/Vimpelcom, le géant russe de la téléphonie, présent en Europe, Amérique, Asie et en Afrique: Canada, Italie, Vietnam, Cambodge, Algérie, Burundi, Zimbabwe, République Centrafricaine et bien díautres pays. La filiale centrafricaine vient díêtre rachetée par un acquéreur encore méconnu: il s'agit de Niel Telecom, le potentiel acquéreur des entreprises díOTA est dirigé par Laurent Foucher. L'homme d'affaires aurait été le conseiller Afrique du pétrolier Maurel & Prom jusqu'en 2009. Il est également actif au sein de la junior pétrolière Niel Petroleum, actuellement à la recherche de fonds pour financer un portefeuille de projets africains évalué à 20 millions d'euros.

 



Commentaire


Retour en haut