Archive

Haut-Mbomou: l’armée ougandaise barre la route à la Séléka

Selon l’Union Africaine, la Séléka ne doit pas entrer dans la préfecture du Haut-Mbomou à l’extrême Est de la République centrafricaine

 

Ainsi, elle a interdit la Séléka de franchir la rivière Chinko située à l’entrée de la localité de Rafaï. Cette rivière constitue aujourd’hui la ligne rouge à ne pas franchir. Au mois d’avril dernier, l’on apprenait qu’une colonne de la Séléka se rendait à Rafaï dans l’objectif de gagner la ville d’Obo, chef-lieu de la préfecture du Haut-Mbomou. Cette mauvaise nouvelle avait fait le tour de ladite préfecture comme une trainée de poudre au sein de la population locale meurtrie par les nombreuses exactions commises sur elle par l’Armée de Résistance du Seigneur de Joseph Kony, le chef rebelle ougandais recherché par la Cour Pénale Internationale (CPI). Pour calmer la population, l’armée ougandaise a demandé à cette population de ne pas céder à la panique. Ainsi, lorsque les éléments de la Séléka, à bord des véhicules 4×4 voulaient entrer à Rafaï, ils ont été stoppés par l’UPDF (l’armée ougandaise) et désarmés. Leurs véhicules ont été confisqués avant d’être restitués, ce qui les a obligés à repartir à Bangassou, chef-lieu de la préfecture du Mbomou déjà conquise. Certains éléments de la Séléka, refoulés par l’armée ougandaise à Rafaï, ont pris cette fois-ci des motos afin de tenter de se rendre à Obo, mais ont été repérés par les soldats ougandais à Rafaï, puis refoulés.

 


© RNL
L'armée ougandaise traque la LRA (image d'illustration)
Grâce à la présence de l’armée ougandaise dans le Haut-Mbomou, cette préfecture demeure la seule qui ne soit pas conquise par la coalition Séléka. La population paniquée a poussé un ouf de soulagement. En vérité, les éléments de la Séléka ne doivent pas se rendre dans la préfecture précitée, car la traque des combattants de la LRA se poursuit et, là-bas, sur le terrain, il y a les militaires américains, centrafricains et ougandais qui font un travail appréciable. La présence des éléments de la Séléka dans cette région pourrait perturber le bon déroulement des opérations. Dans cette traque, l’armée ougandaise a marqué des points. En effet, elle a capturé l’année dernière le numéro quatre de la LRA, en l’occurrence Caesar Achellam.

A maintes reprises, elle a mis en déroute les colonnes de Joseph Kony. Elle a capturé un déserteur de la LRA qui lui a montré une cache de défense d’éléphants centrafricains tués par les combattants de Joseph Kony au nord de la localité de Djema. Grâce à son concours, les Forces Armées Centrafricaines (FACA) en détachement dans la région ont capturé une quarantaine de rebelles soudanais et centrafricains qui ont promis de marcher vers la capitale centrafricaine. L’année dernière, on a signalé la présence de Joseph Kony en Centrafrique. Pour cette année, au Soudan. Notons que Kony et ses hommes sont répartis en de petits groupes très mobiles, rendant de ce fait sa traque pénible.

 



Commentaire


Retour en haut