Archive

Séléka: une opération contre la LRA

Commandés par le président Michel Djotodia, les éléments de la Séléka se sont déployés dans la ville de Bria dans le cadre des opérations de la sécurisation du territoire national

 

L’objectif recherché par cette opération est de ramener la paix et la sécurité dans les zones menacées par la LRA. Les activités socio-économiques tournent au ralenti dans ces zones, du fait de la présence de ces rebelles ougandais, mais aussi de certains éléments incontrôlés de la Séléka qui créent l’insécurité grandissante. L’opération d’après le RJDH va durer deux semaines. Elle va se dérouler dans toute la préfecture de la Haute-Kotto où la présence des Tongo-tongo (appellation locale des éléments de la LRA) se fait remarquer, depuis la prise de pouvoir par la Séléka en mars dernier. Elle concerne les villages de Ouadda, Tissi, Ndangana, Nakoto-Sangba, Malassia, Nzacko et Yalinga. C’est le commandant de la zone de la Séléka, le colonel Houssa Ali, qui est chargé d’exécuter la mission, maintenant qu’ils sont dotés de moyens logistiques, financiers, voire aériens pour mener à bien cette opération. Le plan de cette opération conçu par le conseil à la défense de la présidence de la République sera mis en œuvre par le général Zackaria Damane, le colonel Ibrahim Hamza, et le colonel Housta Ali, chargés de veiller à son exécution.

 


© mamamia.com.au
C’est une première mesure gouvernementale de lutte contre la LRA, depuis que sa présence est signalée en Centrafrique en 2008. Elle intervient quelque jour après la rencontre entre le président de Transition Michel Djotodia et une mission conjointe des Nations unies et de l’Union africaine à Bangui. La rencontre a eu lieu en présence de la Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies en République centrafricaine et Chef du BINUCA, Mme Margaret Vogt. C’est ainsi, qu’en ce qui concerne les activités des forces conjointes, qui ont été suspendues après les évènements du 24 mars en République centrafricaine, l’Envoyé spécial de l’Union Africaine pour la lutte contre le terrorisme et l’Armée de Résistance du Seigneur (LRA) a indiqué que leur rencontre a permis d’éclairer la situation et de favoriser la reprise des activités de la force conjointe en République centrafricaine.

Répondant à la question sur l’incident qui avait eu lieu le 24 mai 2013 à Obo, chef-lieu de la Préfecture de Haut Mbomou, M. Francisco Madeira - l’Envoyé spécial de l’Union Africaine pour la lutte contre le terrorisme et l’Armée de Résistance du Seigneur (LRA), - a déclaré: «Les militaires centrafricains sont les premiers responsables de la sécurité en Centrafrique. Les Nations Unies et l’Union Africaine sont là en appui et pour aider les Centrafricains à éliminer la LRA». La délégation a par ailleurs affirmé étudier les conditions pour une meilleure collaboration entre les forces conjointes et les Forces armées centrafricaines (FACA) dans la lutte contre l’Armée de résistance du Seigneur (LRA).

Une force conjointe de l’Union africaine, appuyée par les conseillers militaires envoyés par Washington, mène une lutte contre cette rébellion dans la région sud-est, frontalière avec le Soudan du Sud et la République démocratique du Congo.

 



Commentaire


Retour en haut