Archive

Terrorisme: 5 millions de dollars sur la tête de Belmokhtar

Cíest le gouvernement américain qui offre cette prime à toute personne susceptible de donner des informations conduisant à la capture du djihadiste

 

Les Etats-Unis díAmérique offre cinq million de dollars soit environ 2 milliards 750 millions de francs CFA à tout informateur permettant l'arrestation ou l'élimination d'individus qui menacent les intérêts du pays. Cette mise à prix síinscrit dans le cadre díun programme lancé depuis 1984 par le département díEtat américain et baptisé «récompenses pour la justice». Mokhtar Belmokhtar un ancien chef d'Aqmi qui a monté son propre groupe «les signataires par le sang » en fin de líannée 2012, figure sur la liste du département díEtat américain. La première action d'envergure du groupe de Mokhtar Belmokhtar, aujourdíhui ennemi n°1 de plusieurs services de sécurité européens, avait été la prise d'otages, le 16 janvier dernier, sur le site gazier de Tiguentourine, à In Amenas dans le désert algérien. Il avait été donné pour mort par le gouvernement tchadien quelques semaines après líintervention militaire de son armée au Mali. Mais Mokhtar Belmokhtar síest manifesté il y a quelques jours, en revendiquant les attaques menées conjointement avec le Mouvement pour líunicité et le jihad en Afrique de líOuest (Mujao) au Niger contre une caserne militaire à Agadez et sur le site d'uranium du groupe nucléaire français Areva à Arlit.

 


© tsa-algerie.com
Mokhtar Belmokhtar, wanted!
Mokhtar Belmokhtar níest pas le seul terroriste recherché par les américains. En effet, des primes sont également valables pour des informations concernant le chef de la secte islamiste nigériane Boko Haram et des responsables du groupe Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Au total, cíest une somme de 23 millions de dollars (12 milliard 650 millions de francs CFA) de récompense qui sont proposés par les Etats-Unis díAmérique. Ainsi, cinq millions de dollars sont également promis pour la tête de Yahya Abou Al-Hammam, un dirigeant algérien d'Aqmi accusé d'être impliqué dans le meurtre d'un otage français en 2010. Malik Abou Abdelkarim, commandant d'Aqmi, et Oumar Ould Hamahathe porte-parole du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), un groupe islamiste chassé du Mali en janvier, sont également la cible de Washington, avec trois millions chacun de récompenses. Aqmi est de plus en plus actif dans le Nord et l'Ouest de l'Afrique. Ils font partie des tout premiers groupes qui kidnappent contre rançons dans la nébuleuse terroriste mondiale, a dit déclaré à l'AFP un responsable du département d'Etat. La campagne du département d'Etat lancée le 3 juin se fera notamment via des affiches placardées au Mali, au Nigeria et dans les pays voisins comme le Tchad, plaçant sur le même poster des photos de dirigeants d'Aqmi et de Boko Haram.

 



Commentaire


Retour en haut