Archive

Centrafrique: Les minorités et les élections de 2011

Quelle serait la participation des Pygmées et des Peuhls

 

La République centrafricaine reconnaît trois catégories de minorités communautaires sur son territoire: les albinos, les peuhls et les pygmées. Il est le premier Etat africain à ratifier la Convention 169 du Bureau international du travail (BIT) relative aux droits des peuples autochtones. A cet effet, les albinos se trouvent en majorité à Bangui, les peuhls, eux, sont éparpillés dans toutes les préfectures du pays et les pygmées dans la grande forêt équatoriale des préfectures de la Lobaye, la Sangha-Mbaéré et la Mambéré-Kadéï. Lorsque l’on évoque la participation de ces catégories au processus électoral, M. Schaïbou, président du Conseil d’administration de la Fédération nationale des éleveurs centrafricains (FNEC), affirme que les peuhls sont des citoyens qui ont toujours participé aux élections organisées en RCA.

 


© jde
Pygmées lors d'un cours d'alphabétisation à Löndö (Sangha Mbaéré)
Sensibilisés par la FNEC, les peuhls se sont inscrits massivement pour participer au vote de 2011. Selon lui, c’est avec fierté qu’ils iront voter pour deux raisons: le cinquantenaire de l’indépendance de la RCA et l’entrée d’un des leurs dans le gouvernement (une première dans l’histoire du pays), M. Youssoufa Yérima Mandjo, actuel ministre délégué à l’Elevage et à la Santé animale. Nous avons formé et sensibilisé les peuhls à s’inscrire sur les listes électorales en vue de voter et c’est ce qu’ils ont fait, affirme pour sa part Mme Simone Ngoïpé, animatrice rurale au sous-bureau de M’Baïki du projet COOPI, une ONG italienne de développement. D’après elle, les pygmées participent aux élections depuis 1993 et sont conscients qu’ils ont des droits et des devoirs.

 


© jde
Pygmées lors d'un cours d'alphabétisation à Löndö (Sangha Mbaéré)
Quant à savoir pourquoi un des leurs n’est pas candidat à la députation, M. Maurice Védé, un pygmée de Tomoki, à M’Baïki, répond: qui va lui payer la caution de 100.000 F et qui va lui donner une maison en ville? On nous a dit que pour être candidat, il faut avoir tout ça, mais un pygmée ne peut pas avoir 100.000 F ni une propriété bâtie comme les autres. Au village Löndö, dans la commune de Bambio, dans la préfecture de la Sangha-Mbaéré, les pygmées bayakas qui vivent parmi les autres ethnies, se sont mobilisés pour participer aux élections. François Ndinga, alphabétiseur et pasteur au village Löndö, a indiqué que son oncle Barthélemy Kombo et lui ont été les pionniers de la sensibilisation des bayakas pour l’inscription sur les listes électorales. C’est librement que des centaines de bayakas en âge de voter se sont inscrits. Chacun votera pour le candidat de son choix aussi bien pour la présidentielle que les législatives, a-t-il dit.


Commentaire


Retour en haut