Archive

Centrafrique: La sanction du Processus de Kimberley

Il recommande un embargo sur des exportations de diamants de la République centrafricaine après la prise de contrôle du pays par les rebelles

 

La décision a été prise vendredi 10 mai à la suite de la réunion entre les représentants de Bangui et les membres du Processus de Kimbermey, chargés du contrôle et de la transparence dans la production des minerais de diamant. Cette interdiction aurait pour but d'intensifier la pression sur les nouveaux leaders du ce pauvre pays, mais riche en diamant. Une source de revenus en devise étrangère. Le PK soupçonne les rebelles díutiliser les ventes de diamant pour financer leurs activités. «Nous faisons face à une situation où les diamants de conflit continuent à alimenter des activités rebelles dans les enlèvement des élus» a dit la présidence du KP Welile Nhlepo.

 


© kimberleyprocess.com
«Nous avons reçu un communiqué de la présidence du Processus de Kimberley mettant en évidence la question et demandant aux pays les membres díarrêter leur commerce avec la République centrafricaine jusqu'à ce quíil y ait plus de clarté,» a dit un haut fonctionnaire d'une nation africaine produisant le diamant dans des commentaires cités par le Wall Street Journal. Cette note a aussi été envoyée à chaque Etats membre du processus de Kimberley. Les diamants alluvialement extraits sont une des principales sources de revenu, représentant environ 10% du PIB de la Centrafrique en 2010, selon des chiffres officielles.

Le coup d'État contre Bozize commencé vers la fin de 2012, quand les rebelles de groupes différents sont venus ensemble pour prendre les principales villes riches en diamant dans le nord-est du pays. Le KP recommande donc vivement aux acheteurs étrangers de diamant d'être vigilants quant aux achats dans l'est du pays, mais il pense que cela aura peu d'effet. Le KP demande aux membres et diamantaires d'interrompre des activités, jusqu'à ce qu'une mission d'enquête soit envoyée pour évaluer la situation sur le terrain. Les autorités de Centrafrique pourront être invitées par le KP à rendre une présentation à la prochaine réunion qui devrait avoir lieu au mois de juin.

 



Commentaire


Retour en haut