Archive

Conférence: «la paix en République Centrafricaine réalité ou fiction»

C’est sous ce thème que ce sont réunis, il y a quelques jours, des hommes d’Eglise à Bangui

 

La conférence débat était organisée par l’Abbé Fréddy Stéphane Mboula, au centre Jean XXIII, à Bangui. Elle s’est tenue en présence de l’Archevêque de Bangui, monseigneur Dieudonné Nzapala Inga. Lequel dans sa déclaration de circonstance, a exhorté les participants à cette assise de soutenir les efforts qui se font actuellement par des différentes entités, pour la consolidation de la paix en République centrafricaine. Abordant le thème de cette conférence qui s’intitulait «la paix en République Centrafricaine réalité ou fiction», l’ancien évêque de Kaga-Bandoro, Monseigneur François Xavier Yombandje a retracé l’historique des conflits en République Centrafricaine qui remonte à plus d’une décennie, caractérisée par le tribalisme et le racisme.

 


© cap
Image d'illustration
Monseigneur François Xavier Yombandje a également relevé la léthargie connue par la RCA, depuis l’indépendance jusqu’à ce jour qui, selon lui, est dominée par la mauvaise gestion du pouvoir publique. La reforme de toutes les instances du pays reste l’unique solution pour sortir de crise et amorcer un décollage total de la République Centrafricaine.

Pour le ministre délégué à l’éducation, chargé de l’enseignement primaire et secondaire, Claude Lenga, les crises que connait la Centrafrique sont nées d’un esprit partisan où l’intérêt personnel prédomine et fait place à la haine, la jalousie et le tribalisme. «Pour combattre cela, il est temps que chaque fille et fils du pays se lève et dénonce ces mauvaises mœurs qui n’honorent pas la RCA», a-t-il ajouté.

Monseigneur Nestor Nongo Aziagbia, évêque de Bossangoa a quant à lui, fait la genèse de la rébellion de la coalition Séléka et tous les ingrédients qui ont accompagné cette rébellion. Il a également invité le politique à bannir le tribalisme, le népotisme et garantir la justice pour tous, de payer le salaire aux fonctionnaires et de rapatrier les mercenaires tchadiens et soudanais qui sont actuellement dans les rangs de la coalition Séléka et enfin d’indemniser toutes les victimes de cette crise.

 



Commentaire


Retour en haut