Archive

Bientôt Giscard d’Estaing et Bokassa réunis à l’écran

La relation polémique entre les deux chefs d’Etat sera portée au cinéma par Yves Boisset

 

Le cinéaste de 71 ans, Yves Boisset, fera son grand retour au cinéma dans une adaptation cinématographique de la relation politique polémique qu’entretenait le Président Valéry Giscard d’Estaing avec le chef d’Etat de la République Centrafricaine, Jean-Bedel Bokassa. Rappel des faits, les deux hommes se sont connus pendant les obsèques du Général de Gaulle. Devenus amis, Valéry Giscard d’Estaing faisait plusieurs allers-retours entre la France et la République centrafricaine pour visiter Bokassa. A l’époque, le français était encore ministre des Finances de Georges Pompidou. Après avoir visité le palais présidentiel de son hôte, Valérie Giscard D’Estaing s’est vu offrir plusieurs cadeaux de grandes valeurs, y compris des diamants africains. Une fois élu président de la république, Valéry Giscard d’Estaing invita à son tour Bokassa et des membres de son gouvernement dans son château en Sologne. A la fin de la visite, l’Africain avait remis à son homologue français d’autres présents beaucoup plus importants, à l’instar de trois carrés de diamants incrustés sur des défenses d’éléphants.

 


© William Karel
Jean Bedel Bokassa, sa fille Martine et Valerie Giscard d'Estaing
Pourtant, le président français semblait s’éloigner petit à petit de son ami. En effet, Bokassa n’était pas réellement apprécié par la majorité des collaborateurs de D’Estaing. Les relations entre la France et la République Centre-Afrique se sont envenimées après le couronnement de Jean-Bedel Bokassa en tant qu’empereur. Valéry Giscard d’Estaing avait refusé catégoriquement d’assister à la cérémonie. Les médias s’étaient emparés de l’affaire à l’époque, et en 1979 le sujet a été baptisé officiellement: «Diamants de Bokassa». Ce dernier a été considéré comme la principale cause de la défaite de Giscard aux présidentielles de 1981. Attaché aux sujets forts qui peuvent susciter la discussion, le réalisateur a cette fois-ci décidé d’explorer à sa manière les troubles relations entre D’Estaing et Bokassa qui se sont déroulées dans les années 70. Ce nouveau film de Boisset est prévu pour fin 2011. Pour l’instant aucun nom n’a été divulgué en ce qui concerne les futurs interprètes des deux rôles principaux. Par ailleurs, on doit à Boisset les films cultes comme «L’Attentat» (1972), «Dupont Lajoie» (1975), «Le Juge Fayard dit le shérif» (1977) ou «La Femme flic» en 1980.

 



Commentaire


Retour en haut